Une saison estivale en Algérie (blog) - Radio M

Une saison estivale en Algérie (blog)

Radio M | 13/07/22 19:07

Une saison estivale en Algérie (blog)

Qui dit été en Algérie ne peut s’empêcher de penser soleil, de surcroit à tous les rythmes : marin, tellien, atlasien, saharien…Soleil sous toutes les «coutures»: avenante du littoral, écrasante de la ville, torride en milieu désertique.

Il nous plait, à ce titre, d’évoquer l’assertion de Saint-Augustin -enfant de Numidie et évêque d’Hippone- lorsqu’il définit le soleil d’Algérie en ces termes : «C’est la reine des couleurs, elle-même, cette lumière qui baigne tout ce que nous distinguons». Apulée de M’Daourouch  (Madaurus dans l’Antiquité), auteur de «L’âne d’or et les métamorphoses»,premier roman de toute l’histoire de l’humanité, et tant d’autres écrivains et poètes de renom ont, eux aussi, chanté ou reproduit les beautés transcrites dans ce méridien unique, incomparable. Et ce n’est pas un hasard si «L’Odyssée» d’Homère a choisi, pour les amours d’Ulysse et de Nausicaa, la grotte de Calypso que nos ancêtres andalous situent sur les îles de Béni Ouchène, à proximité presque immédiate de notre littoral et à quelques miles des cotes marocaines et espagnoles…

Mais l’été algérien, c’est avant tout une bienvenue période estivale, une saison idéale pour ceux qui veulent s’imprégner d’une nature infiniment variée et généreuse, sertie de paysages d’une beauté saisissante, parée de vestiges précieux, rehaussée de quelques rares mais remarquables aménagements touristiques…Et, surtout, c’est beaucoup de temps libre pour improviser sorties en groupe ou en famille, baignades, randonnées pédestres, excursions, baignades et sports nautiques, festivités en plein air, veillées tardives, sans oublier les conciliabules de grandes espérances pour les «couche-tard» et noctambules de tous bords.

C’est probablement pour cette raison que, chaque année, au retour du soleil du printemps, suivi aussitôt par les lumières de l’été, chaque Algérien, jusqu’au plus démuni, s’emplit d’allégresse, de gaité, avec la conviction évidente qu’il se féconde, en trames imperceptibles, une fine dentelle de sérénité et de paix environnementales… Dans cette perspective, que ce soit aux abords des grands centres portuaires, véritables poumons économiques, ou à l’échelle des petites stations balnéaires, havres de paix traditionnels au confort modeste, sans prétention mais tout de même convivial, c’est toute une kyrielle de foisonnants centres côtiers qui invitent à pénétrer de façon plus intime au cœur de l’attrayant univers maritime algérien…

La recherche de l’inédit vous mènera aux sources évidentes d’une nature éblouissante à souhait 

Le littoral semble, d’ailleurs, conçu pour tous ceux qui aiment autant la mer que les découvertes touristiques et culturelles. Et c’est tout à l’honneur de l’Algérie, dès lors que ce sont là trois des plus séduisants visages qui font de notre pays un incomparable balcon marin sur la rive nord du continent africain…Entre les inoubliables baignades aux senteurs iodées et l’homérique découverte de fonds marins fascinants, chacun campera -pour une journée ou plus- sur les quelques plages blanches ou ocres demeurées fréquentables, calmes ou animées des complexes balnéaires, sportives ou très «farniente» des alentours urbains, ou sur des criques et calanques désertes…

En individuel ou en petits groupes, la recherche de l’inédit vous mènera aux sources évidentes d’une nature éblouissante à souhait -lorsqu’elle est préservée- et / ou  vers des sites archéologiques qui semblent n’être là que pour faire remonter le temps à votre gré, traverser toutes les époques fabuleuses de l’Algérie, un des rares pays à servir de jonction étroite entre les plus grandes civilisations de l’Histoire. Mais -nonobstant la récente fermeture des frontières en raison de la pandémie- un pays qui hélas reste, pour les raisons évidentes que nul n’est censé ignorer, boudé par les touristes tant nationaux qu’étrangers.

Kamel Bouslama