Style néo-mauresque, partie intégrante de notre patrimoine architectural - Radio M

Style néo-mauresque, partie intégrante de notre patrimoine architectural

Radio M | 11/06/22 19:06

Style néo-mauresque, partie intégrante de notre patrimoine architectural

Le style néo-mauresque, dont sont imprégnés de nombreux édifices algériens datant de la colonisation française -à l’image de la Grande Poste de la capitale- est le résultat du contact entre les architectures mauresque et occidentale.

Au commencement ce sont les Maures, musulmans du Maghreb arabe qui, en 711, vont envahir l’Espagne, le Portugal, et étendre leur hégémonie jusqu’au nord de la France. L’Espagne, devenue musulmane, est alors en plein essor et va connaitre une période de prospérité économique accompagnée d’une richesse culturelle sans précédent à travers l’enseignement de la médecine et de la philosophie arabe.

C’est dans ce contexte de rencontre de la culture maure et de la civilisation hispanique que l’art hispano-mauresque va naitre, se développer et atteindre son point culminant pour s’exprimer à travers les arts, notamment l’architecture. L’architecture arabe, par exemple, a la particularité d’élaborer de somptueux jardins, de nombreuses terrasses et de magnifiques fontaines. Les portes sont en fer forgé et les murs tapissés de petits carreaux de couleurs, brillants : les « azulejos » (zellijes), omniprésents dans la culture maure pour laquelle la décoration est primordiale.

L’Espagne -et notamment l’Andalousie- sont sans conteste les premières héritières de l’art hispano-mauresque. En effet, parmi les monuments les plus connus il y a la grande Mosquée de Cordoue, l’Alhambra de Grenade, la Giralda et l’alcazar de Séville. Dans le Maghreb, l’influence de Cordoue sur la grande Mosquée d’Alger et la grande Mosquée de Tlemcen en Algérie est indéniable. Au Maroc, la mosquée de la Koutoubiya de Marrakech témoigne aussi de cette influence.

Un style né du contact des architectures mauresque et occidentale

Le style néo-mauresque voit le jour en Algérie au début du 20e siècle, dans un contexte particulier : l’occupation française. Il s’impose comme un nouveau style qui prône la superposition, au plan patrimonial, des valeurs architecturales et urbanistiques traditionnelles et celles des constructions modernes.

Des attributs spécifiques ont donc été empruntés à l’architecture mauresque pour, ensuite, être intégrés aux constructions contemporaines et ce, dans le but d’adapter ces dernières à la vie coloniale dans une volonté de « copier-coller » affichée par les architectes français de l’époque.

Ainsi, né du contact des deux cultures, le néo mauresque n’est-il en fait que du mauresque appauvri, car « blanchi », européanisé, impur ? Ou est-il, au contraire, un concept enrichi d’une influence nouvelle, témoin du passage d’une civilisation différente certes, car occidentale, mais complémentaire tout de même car faisant partie intégrante de notre patrimoine architectural ?

La Grande Poste, un monument emblématique d’Alger

Datant de plus d’un siècle (112 ans) et principal repère touristique d’Alger-centre, la grande Poste d’Alger est un édifice de style néo-mauresque construit en 1910 par les architectes Jules Voinot et Marius Toudoire. L’emblématique monument tire son prestige de la splendeur de sa façade ornée de trois arceaux et d’une galerie supérieure formée d’arcades. Son escalier en marbre mène vers trois grandes portes imposantes en bois précieux. En Juillet 2015, des travaux ont été entrepris à l’intérieur du bâtiment pour transformer la Grande poste en musée sur l’histoire de la poste et des télécommunications.  À ce jour, l’édifice est fermé dans sa partie centrale, vraisemblablement en raison d’autres travaux -de confortement ?- menés dans le sous-sol du bâtiment.

Kamel Bouslama