Malgré une violente campagne de haine : le concert d'Ait Menguellet à Oran a suscité un grand engouement - Radio M

Malgré une violente campagne de haine : le concert d’Ait Menguellet à Oran a suscité un grand engouement

La Rédaction | 22/04/22 14:04

Malgré une violente campagne de haine : le concert d’Ait Menguellet à Oran a suscité un grand engouement

Le chantre de la chanson algérienne d’expression amazighe, Lounis Ait Menguellet, a enchanté, jeudi soir, le nombreux public de la salle Maghreb à Oran, et ce, malgré une campagne de haine contre lui et des appels à l’annulation de son gala. Des officiels ont assisté à cette soirée, alors le maire d’Oran l’a boycottée.  

Le gala artistique de Lounis Ait Menguellet a eu lieu dans une salle archi-comble et en la présence d’officiels, à leur tête le wali d’Oran, Said Saioud, qui a déclaré à la radio locale qu’il était chanceux d’avoir pu assister au concert et de voir Lounis Ait Menguellet chanter en direct. « Merci au public, merci à l’artiste et bravo pour la diversité », a-t-il affirmé.

Aux côtés du wali, la radio locale a relevé la présence du secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité (HCA), Si Hachemi Assad, du président de l’Assemblée populaire de la wilaya d’Oran, des parlementaires, le représentant local du médiateur de la République ainsi que des représentants des collectivités locales, des associations et des figures artistiques.

Contrairement à tous les autres officiels et responsables, le maire de la commune d’Oran n’apparait dans aucune vidéo ou photo de la radio locale, ni n’a été cité par le média. Des sources locales affirment que le P/APC a boycotté la soirée, car faisant partie des voix qui ont appelé à l’annulation du concert.  

Les animateurs de ladite campagne de dénigrement et de haine, ont tenté de coller aux chanteur et poète l’accusation surréaliste d’appartenance au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Non seulement il n’est pas connu pour avoir une telle orientation, mais Ait Menguellet vient tout juste de livrer une preuve sans équivoque quant à son attachement à l’unité nationale.

C’était au premier jour de sa tournée, jeudi dernier à Akbou. « La Kabylie doit être unie avec toute l’Algérie. Ceux qui sont morts pour ce pays ne sont pas morts uniquement pour la Kabylie, ils sont morts pour leur pays qui est l’Algérie » avait-il déclaré.

Certains ont même appelé la population de la ville à l’empêcher de tenir son rendez-vous musical. Mais hier soir, le sage a encore répondu à ses détracteurs en déclarant que « la diversité des Algériens est une  richesse et non un facteur de rivalité ».