La criminalisation du colonialisme ne fait pas consensus à l'APN - Radio M

La criminalisation du colonialisme ne fait pas consensus à l’APN

Radio M | 02/11/21 16:11

La criminalisation du colonialisme ne fait pas consensus à l’APN

Le projet de loi sur la criminalisation de la colonisation, proposé par le parti du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) et exposé aux différents groupes parlementaire n’a pas trouvé un accueil consensuel, notamment des partis majoritaires, du Front de libération national (FLN) au Rassemblement national démocratique (RND), jugé de « réactioniste » et non détaillé.

Effectivement, Le MSP a déposé un texte de projet de loi, signé par plus de 100 députés de différents groupes parlementaires, auprès de le commission des initiatives législatives et parlementaires de l’APN.

A cet effet, les députés des partis majoritaires ont exprimé leur non adhésion à cette initiative. Selon Sid-Ahmed Tamamri, chef du groupe parlementaire FLN, dans une déclaration au quotidien arabophone Echorouk « les députés s’étaient mis d’accord pour aller de l’avant pour un examen global dudit texte de loi et l’étudier sous divers aspects “politique, économique, juridique et historique”.

A noter, le texte proposé par le MSP et portant sur la criminalisation du colonialisme intervient au moment où les relation entre l’Algérie et la France (ancien colonisateur) connaisse des tensions depuis deux mois, causées par les déclarations « irresponsables » exprimées par le président Français Emmanuel Macron.

Sid-Ahmed Tamamri souligne notamment au quotidien Echorouk que « le MSP s’est précipité car les députés avaient demandé du temps pour mieux cerner le dossier », car selon lui ce dossier de projet est une « loi à adopter et qui est au même titre que le dossier ayant trait à la mémoire nationale ».

Pour sa part, le porte-parole du RND, Larbi Safi, estime qu’il faut « élargir le débat autour de cette question et une coordination pour l’enrichir au niveau du Parlement en arrivant aux leaders du parti qui vont ensuite se prononcer la-dessus ».

Pour rappelle, la question de la criminalisation du colonialisme n’a jamais fait consensus à l’assemblée populaire. Faut-il rappeler qu’en 2009, des partis se sont opposé, pour des raisons politiques, à un texte de projet de loi qui criminalise le colonialisme français en Algérie.