Détenus d'opinion : 7e jour de grève de la faim pour El Hadi Lassouli - Radio M

Détenus d’opinion : 7e jour de grève de la faim pour El Hadi Lassouli

Lynda Abbou | 10/05/22 17:05

Détenus d’opinion : 7e jour de grève de la faim pour El Hadi Lassouli

Le détenu d’opinion El Hadi Lassouli est à son 7e jour de grève de la faim à la prison de Berouaguia. Une campagne de solidarité avec lui a été entamée afin d’exiger sa libération. À cet effet, une pétition a été lancée.

Citoyen bénévole ayant participé au Hirak aux côtés des millions d’algériens, El Hadi Lassouli est en détention provisoire depuis plus de 10 mois et a été transféré de la prison d’El-Harrach vers celle de Berouaguia suite à sa première grève de la faim où il avait perdu beaucoup de poids. Ses avocats avaient alerté que « son état de santé s’est dégradé » à l’époque de sa première grève de la faim .

Aujourd’hui il est au 7e jour de sa deuxième grève de la faim pour dénoncer sa détention provisoire « abusive au regard de la loi » notent ses avocats. Lassouli présente, selon eux, toutes les garanties prévues par le code de procédure pénale en la matière, la procédure et lente et à ce jour le juge d’instruction n’a pris aucune décision à propos de son dossier.

El Hadi Lassouli, qui bénéficie aujourd’hui d’une campagne de solidarité « s’est engagé résolument dans diverses activités caritatives et humanitaires pour venir en aide aux plus démunis ».

En effet un total, de 500 signatures, a été collecté par les initiateurs de la campagne et sur la plateforme en ligne de la pétition . « Nous, signataires de cette pétition, exprimons notre solidarité et notre soutien indéfectible à El Hadi Lassouli et à tous les détenus d’opinion issus du mouvement citoyen. Nous dénonçons et condamnons fermement le traitement des détenus dans les prisons et leur mise en danger. Et nous nous engageons à lutter et à protester contre le risque létal qu’ils encourent de ce fait » ont déclaré les auteurs de l’initiative dans le texte accompagnant la pétition.

Ils appellent également à « mettre fin à la détention provisoire systématique » et « exigent la libération des détenus d’opinion et leur réhabilitation pleine et entière ».

Dans un poste de solidarité avec El Hadi Lassouli, l’avocate Zoubida Assou avait déclaré cette semaine que « la main tendue telle qu’annoncée par le chef de l’État (Abdelmadjid Tebboune) doit trouver sa traduction effective à travers la libération de tous les détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politique, associatif, syndical et médiatique consacrée par la loi fondamentale du pays ».