Comment la sphère politico-médiatique algérienne a interprété les propos de Macron sur Tebboune - Radio M

Radio M

header-ad

Comment la sphère politico-médiatique algérienne a interprété les propos de Macron sur Tebboune

Lynda Abbou | 21/11/20 18:11

Comment la sphère politico-médiatique algérienne a interprété les propos de Macron sur Tebboune

Les déclarations du président français Emmanuel Macron concernant son « soutien » au chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune, ont suscité la colère des algériens sur la toile et ont été interprétées par certains comme une « ingérence assumée ».

Macron a déclaré, dans un entretien publié vendredi par Jeune Afrique, qu’il ferait « tout » pour « aider » le président algérien Abdelmadjid Tebboune, qui est « courageux », afin que « la transition réussisse » en Algérie.

« C’est une mise en garde et un message clair à l’adresse des clans qui se disputent le pouvoir actuellement. Ceux qui essayent de « renverser » Tebboune et son « clan ». Macron, représentant de la France officielle annonce son soutien à Tebboune. Cela prouve que cette dernière a toujours tiré les ficelles. Le destin de l’Algérie se décide ailleurs. Une ingérence assumée de la part de l’ancien colonisateur… » a écrit la journaliste Kamela Haddoum sur son compte facebook.

Le militant politique Essaid Aknine, s’est adressé à Macron à travers la même plateforme en disant « Si pour vous le courage est incarné par Tebboune, pour nous le courage est incarné par le peuple algérien qui se bat pour arracher notre belle Algérie des mains du néocolonialisme et des raisons sécuritaires d’État ».

« Il y a eu un mouvement révolutionnaire, qui est toujours là, sous une forme différente. Il y a aussi une volonté de stabilité, en particulier dans la part la plus rurale de l’Algérie. Il faut tout faire pour que cette transition réussisse. Mais il y a un facteur temps important », a ajouté Emmanuel Macron, interrogé sur le mouvement de contestation populaire « Hirak ».

A ce titre, le journaliste Mohamed Iouanoughene, s’étonne que Macron divise l’Algérie en régions qui veulent la stabilité et d’autres qui veulent la révolution ! Dans le même sillage, le journaliste Abdelghani Aichoun s’est interrogé sur qui a inspiré Emmanuel Macron, pour dire «  qu’il y a une volonté de stabilité « dans la part la plus rurale de l’Algérie ».

Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a lui aussi réagi, vendredi, aux déclarations de Macron. Dans une déclaration sur Facebook, Mohcine Belabbas a indiqué qu’ « Emmanuel Macron s’exerce à administrer des leçons de démocratie et de gouvernance ». « S’adressant aux dirigeants africains, il se croit autorisé à distribuer des certificats de légitimité aux dirigeants des ‘indigènes que nous sommes’ », a écrit le président du RCD en ajoutant : « Dans le cas de l’Algérie il s’autorise à délivrer une attestation de confiance au chef de l’État. » « Il affirme être prêt à l’aider dans cette période qu’il qualifie de transition. Ceci n’est pas une simple ingérence mais la révélation que la France est aux manettes d’une feuille de route pour notre pays », a-t-il dénoncé.

Lors d’une entrevue avec des représentants des médias nationaux le mois de juin passé, Abdelmadjid Tebboune, avait déclaré que « l’Algérie et la France sont deux grandes nations, l’une en Afrique et l’autre en Europe ». « Je n’ai aucun problème avec le président français Emmanuel Macron, notre entente est presque parfaite », a-t-il signalé.

Auteur