Vaccin/Covid-19 : l’Afrique court le risque d’être laissée de côté - Radio M

Vaccin/Covid-19 : l’Afrique court le risque d’être laissée de côté

Khaled Aboubaker | 25/01/21 12:01

74 vues

Vaccin/Covid-19 : l’Afrique court le risque d’être laissée de côté

Le bureau Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a appelé le jeudi 22 janvier, les producteurs des vaccins contre le Coronavirus à un partage équitable des doses entre les région du monde.

Dans un communiqué publié jeudi, l’OMS Afrique estime que « l’Afrique court le risque d’être laissée de côté alors que les pays des autres régions concluent des accords bilatéraux, faisant ainsi grimper les prix ».

« Depuis le début de cette semaine, 40 millions de doses de vaccins ont été administrées dans 50 pays, la plupart à revenu élevé. Néanmoins, en Afrique, la Guinée est l’unique nation à faible revenu à fournir des vaccins et, à ce jour, ceux-ci ont été administrés à seulement 25 personnes. Les Seychelles, pays à revenu élevé, est le seul sur le continent à avoir lancé une campagne nationale de vaccination », indique le communiqué de l’OMS pour l’Afrique.

Si on prend le cas de l’Algérie, qui a « passé des commandes, depuis le mois d’août 2020 », comme l’avait affirmé le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid, à plusieurs reprises, à l’heure actuelle, aucune dose n’a été livrée parmi tous les vaccins existants.

Pourtant les autorités ont promis un premier lot du vaccin russe « Spoutnik V » avant la fin janvier. D’autres pays de la région Afrique du nord, à l’instar de la Tunisie et le Maroc, n’ont encore pas reçu leur commande la part des laboratoires fabricants de vaccins.

C’est profondément injuste

Selon la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, « c’est profondément injuste que les africains les plus vulnérables soient forcés d’attendre des vaccins alors que des populations présentant moins de risques dans les pays riches sont mis en sécurité ».

Selon elle, « les personnels de la santé et les personnes vulnérables en Afrique ont urgemment besoin d’un accès à des vaccins contre la Covid-19 sûrs et efficaces ».

Pourtant, le Mécanisme COVAX – codirigé par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (en anglais « Coalition for Epidemic Preparedness Innovations », CEPI), Gavi l’Alliance du vaccin, et l’OMS – a garanti la fourniture de 2 milliards de doses de vaccin auprès de cinq producteurs, avec des options d’achat de plus d’un milliard de doses supplémentaires.

20 % de la population d’ici la fin de 2021

Le COVAX est en bonne voie pour commencer à livrer les doses de vaccins et à en garantir un accès au niveau mondial, selon la dernière déclaration du directeur exécutif de la GAVI.

En Afrique, la coalition s’est engagée à vacciner au moins 20 % de la population d’ici la fin de 2021 en fournissant un maximum de 600 millions de doses, sur une base de deux doses par individu, distribuées sur plusieurs phases.

« Initialement, 30 millions de doses devraient commencer à être livrées dans ces pays d’ici le mois de mars, avec l’objectif de couvrir 3 % de la population en donnant la priorité aux professionnels de la santé et à d’autres groupes prioritaires.

D’après l’outil d’évaluation de l’OMS de la préparation à l’introduction du vaccin, les nations africaines sont prêtes en moyenne à 42 % à des campagnes massives de vaccination, ce qui constitue une amélioration par rapport aux 33 % notés il y a deux mois. Néanmoins, il reste un long chemin à parcourir avant d’atteindre le seuil souhaité de 80 %.

74 vues