Une ex-conseillère de Macron nommée à la tête de l'Institut Français à Alger - Radio M

Une ex-conseillère de Macron nommée à la tête de l’Institut Français à Alger

Radio M | 26/09/21 16:09

Une ex-conseillère de Macron nommée à la tête de l’Institut Français à Alger

Elle s’appelle Ahlem Gharbi et vient d’être nommée directrice générale de l’Institut Français à Alger. L’ancienne membre du cabinet présidentiel français d’Emmanuel Macron, qu’elle a accompagné lors de la visite « d’amitié et de travail » effectué en Algérie, en 2017, sort de l’ombre et atterrit en Algérie.

Cette « spécialiste du monde arabe » est aussi la conseillère culturelle de l’Ambassade de France depuis septembre 2021. Ahlem Gharbi dit prendre ses nouvelles fonctions en Algérie avec beaucoup d’enthousiasme, en l’occurrence celui de « découvrir un grand pays, riche de son histoire et de sa culture millénaires » et «une jeunesse entreprenante, dynamique et créative ».

Native de Bizert et descendante d’un arrière-grand-père algérien, Ahlem Gharbi dit également vouloir « permettre à tous les talents des deux rives de se rencontrer, de s’inspirer, de créer en s’enrichissant mutuellement et de trouver, avec nos différences, ce qui nous lie, nous réunit, ce qui fait notre commun ». Pour cela, elle souhaite mettre son action à la tête de l’Institut Français à Alger, au service de trois priorités : soutenir les jeunes créateurs, partager l’amour du français et la richesse des cultures d’expression francophone et, enfin, se retrouver autour d’un héritage commun méditerranéen.

Mais qui est réellement cette jeune franco-tunisienne aux atours multiculturels et au CV blindé ?

Diplomée en Relations et Affaires Internationales à Science Po, Ahlem Gharbi a églement une licence d’arabe à la Sorbonne. Entre 2000 et 2001, elle soutient sont DEA sous la houlette de Gilles Kepel.

Elle entame son parcours en En 2004, au ministère des Affaires étrangères français, comme responsable Afrique du Nord et Moyen-Orient du service des affaires immobilières. Quelques années et expériences après, elle devient conseillère diplomatique à la représentation française auprès de l’ONU.

En 2011, el fait un passage à l’ambassade de France au Caire comme «deuxième secrétaire chargée de la politique intérieure et des droits de l’homme». Ella a également été directrice déléguée pour les affaires internationales chargée de la zone Afrique du Nord, Moyen-Orient et Afrique depuis chez le groupe Total, fonction qu’elle a quitté en 2017, pour rejoindre l’Elysée.

En 2019, elle quitte la présidence pour rejoindre l’Agence française de Développement (AFD), en tant que directrice des Partenariats.