Tipasa : "Ammi Ahmed" vient de succomber à ses blessures, les chiens errants dictent leur loi à la tombée de la nuit - Radio M

Tipasa : « Ammi Ahmed » vient de succomber à ses blessures, les chiens errants dictent leur loi à la tombée de la nuit

Radio M | 11/10/21 15:10

Tipasa : « Ammi Ahmed » vient de succomber à ses blessures, les chiens errants dictent leur loi à la tombée de la nuit

C’est un scénario qui se répète chaque année ou presque dans la wilaya de Tipasa. Des meutes de chiens errants qui se comptent par douzaines, envahissent les rues de plusieurs villes et menacent la sécurité des riverains. Mais cette fois-ci, la fin fût bien plus dramatique.

Une effet, un vieil homme a été tué dans la commune de Hadjout, après avoir été attaquée par des chiens très dangereux. La victime, connue de tous les habitants, s’appelle Bouzar Ahmed alias « Ammi Ahmed ». Alors qu’il rentrait chez lui de la mosquée ,à l’aube, il est surpris par une meute de chiens affamés qui se trouvaient à proximité de l’ancienne gare routière, l’a violemment attaqué, en le blessant gravement au visage et au cou, avant l’intervention, in extremis mais vaine, de la police et des éléments de la protection civile. Admis en urgence à l’Hôpital Mustapha Bacha, la victime a succombé à ses blessure, quelques heures après.

Cette nouvelle a plongé les habitants de Hadjout dans une tristesse et une colère absolues. En effet, et depuis plusieurs semaines, les riverains ne cessent d’alerter sur la recrudescence de ce phénomène, qui représente un réel danger sur la vie des citoyens et sur la santé publique, sans que les collectivités locales ne daignent agir.

C’est notamment le cas dans la commune de Cherchell, où des chiens dangereux investissent plusieurs quartiers de la ville à la tombé de la nuit, au vu et au su des autorités locales, qui ne bougent pas le petit doigt. Excédés par cette situation et redoutant qu’un drame similaire à celui qui a eu lieu à Hadjout ne vienne à se reproduire chez eux, les habitants de la ville multiplient les appels à destination des responsables (APC et DSP), qui de leur côté tardent à agir, faisant ainsi courir aux citoyens un réel danger de mort.