Théâtre : "Posticha", la nouvelle comédie d'Ahmed Rezzak présentée samedi au TNA - Radio M

Théâtre : « Posticha », la nouvelle comédie d’Ahmed Rezzak présentée samedi au TNA

Radio M | 06/01/22 11:01

Théâtre : « Posticha », la nouvelle comédie d’Ahmed Rezzak présentée samedi au TNA

Ce spectacle théâtral a réuni un grand nombre d’artistes, au moins 150 amateurs et professionnels, venus de plusieurs villes du pays en réponse à un appel lancé il y a quelques mois par le réalisateur et metteur en scène Ahmed Razzak.

Plusieurs théâtres régionaux ont également participé à la concrétisation de l’idée de « Posticha » : « J’ai demandé aux institutions de nous aider, les premiers à répondre étaient le Théâtre national algérien (TNA), l’Office national de la culture et l’information (ONCI) et le théâtre de Mostaganem », a déclaré Ahmed Rezzak lors d’une conférence de presse tenue samedi au TNA.

« Posticha », qui signifie dans le langage populaire algérien « petit problème », est l’histoire d’un individu qui casse le seul lampadaire du quartier où il habite. Cet incident provoque d’abord un conflit entre un petit groupe d’individus, avant de s’amplifier et de devenir un problème régional, puis une crise nationale où la haine se propage comme une épidémie.

Le metteur en scène a expliqué que l’écriture du scénario a été faite en mode atelier auquel ont pris part les participants qu’il a qualifié d’un « patrimoine humain » :  » Il y avait le texte, mais certains dialogues hmed Rezétaient écrits sur place, en adaptation au quotidien. Nous avons travaillé comme dans un atelier, un grand atelier ».

« Un travail de bénévolat »

Ahmed Rezzak a expliqué avoir eu la volonté de donner un second souffle aux artistes, durement touchés par le Covid d’une part, et la régression de d’activité artistique, d’autre part : « Nous avons fait ce travail pour dire que nous sommes là et qu’on doit être là. Le budget est de plus en plus réduit. A cela s’ajoute la pandémie du Covid, et le plus affecté est l’artiste ».

Le spectacle « Posticha » est un travail bénévole. « Les revenus des trois spectacles iront en aide aux enfants atteint du cancer », ont tenu à préciser le metteur en scène, Ahmed Rezzak, et le directeur du TNA, Mohamed Yahiaoui.

Ainsi, le public a rendez-vous du 08 au 10 janvier au Théâtre national algérien avec un spectacle théâtral qui ne sera pas forcément le même à chaque fois, car, selon le metteur en scène, durant ce spectacle, qui réunit presque tous les arts (danse, chant, musique, théâtre), il y aura d’autres actes et tableaux qui seront rajoutés : « Chaque fois, le public verra un spectacle différent du précédent. C’est un laboratoire ouvert », a indiqué Ahmed Rezzak.

Par Yamina Baïr