Scandale au tribunal de Cheraga : En plein procès, Naima Salhi accuse les avocats de la partie civile de « zouaves » - Radio M

Scandale au tribunal de Cheraga : En plein procès, Naima Salhi accuse les avocats de la partie civile de « zouaves »

Radio M | 02/11/22 18:11

Scandale au tribunal de Cheraga : En plein procès, Naima Salhi accuse les avocats de la partie civile de « zouaves »

Après plusieurs reports, le procès de Naima Salhi s’est ouvert, ce mercredi, au tribunal de Cheraga.

Poursuivie pour le chef d’inculpation d’« incitation à la haine » suite à une plainte de Mourad Amiri, ancien fonctionnaire au ministère de l’intérieur, Naima Salhi, qui s’était distinguée durant le Hirak par ses propos haineux à l’égard de la région de Kabylie, a encore fait des siennes ce mercredi au tribunal de Cheraga.

Selon des témoins présents au procès, Naima Salhi n’a pas dérogé à sa réputation, en accusant les avocats de la partie civile de « zouaves ».

Naima Salhi réagissait ainsi à la plaidoirie des avocats de la partie civile réclamant la requalification des faits.

Les avocats de la partie civile considèrent, en effet, que les actes pour lesquels Naima Salhi est poursuivie relèvent plutôt de la criminelle et non pas d’un délit.

Pour des motifs similaires, de nombreux citoyens ont été poursuivis devant les tribunaux criminels.

Face à cette incartade, une des avocates de la partie civile, en l’occurrence, Me Aouicha Bekhti, a demandé au juge de « prendre acte » ou d’établir un procès-verbal, selon ces sources.

« Une demande acceptée et le procès reporté à la semaine prochaine », ont précisé les mêmes sources.

Une plainte a été déposée immédiatement par les avocats de la partie civile devant le procureur de la république.