Said Sadi appelle à la création des comités de solidarité pour atténuer la crise sociale - Radio M

Radio M

header-ad

Said Sadi appelle à la création des comités de solidarité pour atténuer la crise sociale

Info Radio M | 21/11/20 18:11

Said Sadi appelle à la création des comités de solidarité pour atténuer la crise sociale

L’ex-président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Said Sadi appelle dans une contribution publiée samedi sur sa page facebook, à la création des comités de solidarité dans les quartiers et les villages pour gérer la crise sociale qui s’installe, d’après lui, dans le pays.

‘’Quand elle ne tue pas en silence, elle isole, elle humilie ou elle désespère. La crise sociale fait déjà trop de victimes. Pris à la gorge, des pères de famille dignes et courageux frappent aux portes de leurs proches ou de leurs voisins pour solliciter de l’aide’’, a-t-il écrit. Il ajoute : ‘’Compte tenu de la précarité économique et financière du pays, il faut savoir que la régression sociale va, hélas, se précipiter et même durer’’.

Pour Sadi, l’élan de solidarité qui a vu le jour lors de la première vague de la Covid-19 doit être réactivé. ‘’Lors de la première vague de la pandémie, des villages qui ont su organiser et protéger leur lieu de résidence ont évité à leurs concitoyens les effets de la Covid-19 malgré la défaillance de l’Etat. La même démarche peut être envisagée aujourd’hui pour réduire la détresse des plus vulnérables’’, note-t-il.

Selon son analyse, la société algérienne a toujours fonctionné avec des mécanismes de solidarité. ‘’Les mécanismes de défense – ces anticorps sociaux – de nos structures traditionnelles existent. Là encore, il suffit de structurer les énergies. Les partages familiaux, les solidarités villageoises ou de quartiers doivent être rapidement réactivés. Préparer des caisses de soutien permet d’anticiper les demandes et d’assurer une répartition plus juste et plus transparente des aides’’,  dit-il.

Ne pas créer des mécanismes de solidarité en ces moments pourrait avoir des conséquences indésirables sur la société. ‘’L’abandon de la cité au laisser aller et à l’égoïsme n’a pas que les conséquences internes évoquées ci-dessus. Une faiblesse interne appelle toujours des convoitises externes’’, met-il en garde.

Pour Sadi, un être qui se sent abandonné par les siens est un agent potentiel dont peuvent jouer les forces du mal. Même quand elle n’a pas été provoquée ou manipulée, la misère sociale a souvent engendré des émeutes et des pillages qui ont servi d’alibis à la reprise en main des régimes autoritaires.

Auteur