Report de la visite de González Laya à Alger: Madrid trop soumise aux pressions de Rabat? - Radio M

Radio M

Report de la visite de González Laya à Alger: Madrid trop soumise aux pressions de Rabat?

Said Djaafer | 27/02/20 08:02

Report de la visite de González Laya à Alger: Madrid trop soumise aux pressions de Rabat?

De Nouakchott où elle participait à la réunion des pays du G5, la ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya a nié que l’annulation de son voyage en Algérie soit liée au Maroc ou à la position espagnole sur le conflit du Sahara occidental. 

Une partie de la presse espagnole en doute ouvertement. Ces médias soulignent que l’annulation de dernière minute de la visite, officiellement pour des raisons de calendrier, est survenue à la suite d’un empressement de la ministre à désavouer le secrétaire d’Etat espagnol aux affaires sociales, Nacho Alvarez, (membre du Podemos) qui avait reçu vendredi à Madrid, la ministre sahraoui des affaires sociales Suilma Hay Enhamed Salem. 

Nacho Alvarez avait exprimé sur son compte twitter (texte retiré depuis)  sa «solidarité avec le peuple sahraoui» en parlant de sa rencontre avec la  «ministre sahraouie des Affaires sociales et de la promotion de la femme» sur le compte Twitter de son secrétariat d’Etat.  Réagissant au quart de tour aux critiques des médias marocains, la ministre espagnole s’est empressée de rassurer appeler son homologue marocain, Nasser Bourita.

“Appel de mon homologue marocain au sujet de la rencontre entre le secrétaire d’Etat aux Affaires sociales et une représentante du Front Polisario. J’ai clarifié (…) que la position sur le Sahara occidental n’avait pas changé»” a-t-elle indiqué dimanche soir sur son compte Twitter. «L’Espagne ne reconnaît pas la RASD (République arabe sahraouie démocratique), nous appuyons les efforts du secrétaire général des Nations unies pour trouver une solution pacifique dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité», a-t-elle ajouté.

Pour une partie des médias espagnols, l’attitude de la ministre espagnole reflète une forme de soumission excessive de Madrid à l’égard des exigences marocaines. Le journaliste Ignacio Cembrero, le souligne sur son compte twitter: 

“Un secrétaire d’État de #Podemos (extrême gauche) reçoit une “ministre” sahraouie. Le #Maroc se fâche. La cheffe de la diplomatie espagnole désavoue sur Twitter le secrétaire d’État. En #Espagne no ne lésine pas sur les moyens pour plaire à Rabat!

C’est dans ce contexte qu’est intervenu l’annulation de la visite à Alger de la ministre espagnole, prévue de longue date pour le 26 février, officiellement pour des raisons liées à l’agenda du ministre algérien des affaires étrangères, Sabri Boukadoum. La visite est reportée au 4 mars prochain. Un report qui marque, selon certains médias espagnols, un “mécontentement” de l’Algérie à l’égard de l’attitude de l’espagne sur le sahara occidental et “son soutien altruiste au Maroc”…

“L’agacement” d’Alger

L’article publié sur le site TSA par un “ancien diplomate” sous la signature de “Abdallah B*” a été largement repris par des médias espagnols pour l’opposer à l’affirmation de la ministre espagnole selon laquelle le report de sa visite n’avait pas de rapport avec le Maroc. L’ancien diplomate algérien s’est probablement chargé de signifier le contraire à Mme Arancha en assurant que ce report “à l’initiative de l’Algérie” et pour la “seconde fois” reflète “l’agacement des autorités algériennes face aux incartades répétées de la nouvelle locataire du Palais Santa Cruz vis-à-vis des questions d’intérêt commun”.

Abdullah Arabi, représentant en Espagne, souligne que l’attitude de la ministre espagnole est sans précédent dans la forme et dans le fond.  “Nous ne comprenons pas qu’un ministre marocain puisse dire au gouvernement espagnol qu’il doit rencontrer et que le gouvernement répond ensuite publiquement” a déclaré Arabi au journal ABC.

 A moins, a-t-il ajouté est que le geste soit l’expression d’une “soumission au chantage et à la politique de manipulation du Maroc sur l’Espagne ».  Mohamed Salem Ould Salek, ministre des Affaires étrangères” de la RASD est encore plus direct:: “Il est regrettable de voir comment la ministre González Laya abdique devant les désirs et le chantage marocains” et de constater que l’Espagne est devenue “ le soutien permanent de l’occupant marocain, tant à Bruxelles que dans d’autres enceintes internationales”. 

Selon lui, la position de Madrid sur le Sahara Occidental a effectivement changé puisque le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez et la ministre González Laya évitent d’évoquer les  résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, qui réaffirment la nécessité «d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui garantit le droit à l’autodétermination du peuple» Sahraoui. “

Dans un article intitulé “L’Algérie, le partenaire que l’Espagne ne peut négliger”, El Pais a souligné mercredi que les “ relations avec Alger peuvent être conditionnées par la position de Madrid concernant le conflit du Sahara occidental”.  A propos de l’annulation de la visite de la ministre espagnole, il cite une source du Polisario qui explique ne pas en  connaître les circonstances exactes. Mais, précise la même source, “ce qui est vrai est que le nouveau président algérien entretient de bonnes relations avec le Front Polisario. Nous sommes plus que jamais consultés”.