Piraterie maritime : l'UE veut intensifier sa présence en Afrique de l'Ouest "pour rassurer ses armateurs" - Radio M

Piraterie maritime : l’UE veut intensifier sa présence en Afrique de l’Ouest « pour rassurer ses armateurs »

Info Radio M | 11/02/21 16:02

51 vues

Piraterie maritime : l’UE veut intensifier sa présence en Afrique de l’Ouest « pour rassurer ses armateurs »

Il devient périlleux de croiser en haute mer pour les navires européens qui font face à la piraterie au large de l’Afrique de l’Ouest.

En effet, ce mois de février connaît une recrudescence des actes de piraterie dans le Golf de Guinée. Un groupe de pirates serait à l’origine d’au moins cinq incidents dans la région ces derniers jours dans ce qui s’apparente à des actions coordonnées.

Aussi l’Union Européenne (UE) craint elle pour ses armateurs et et amorce le dispositif « Présence maritimes coordonnées » au large de la côte ouest africaine, rapporte le Journal de Marine Marchande.

Un concept dont la mise en œuvre a été annoncé le 25 janvier. Cet engagement de l’UE ne peut que rassurer les armateurs qui font part de leur satisfaction : « Les armateurs européens se félicitent de l’engagement politique de l’UE en faveur d’un premier pilote du nouveau concept de présence maritime coordonnée dans le golfe de Guinée mais rappellent que la situation reste très précaire pour les navires marchands européens et internationaux et qu’il est urgent de faire davantage » Réagit, en effet, l’ECSA, l’association des armateurs européens, dans un communiqué de presse.

L’on signale par ailleurs des menaces qui vont crescendo, surtout que cette piraterie se greffe à des rivalités géostratégiques mais aussi à la criminalité organisée.

L’on rappelle qu’un groupe de pirates serait à l’origine d’au moins cinq incidents dans la région ces tous derniers jours. Il aurait fait sa première tentative d’assaut le samedi 6 février, abordant le pétrolier Sea Phantom à environ 200 km des côtes du Cameroun.

Une intervention coordonnée de navires et d’hélicoptères a permis de faire fuir les pirates. Mais le même groupe, selon plusieurs rapports de experts de la sécurité maritime dont Dryad Global, aurait été aussi à l’initiative sur l’arraisonnement et le détournement du chalutier Lianpengyu, battant pavillon gabonais avec un équipage de 14 à 18 ressortissants chinois à bord.

Auteur

51 vues