NIDA22 plaide « la poursuite des marches populaires » - Radio M

NIDA22 plaide « la poursuite des marches populaires »

Info Radio M | 13/05/21 06:05

NIDA22 plaide « la poursuite des marches populaires »

Le Collectif NIDA22 plaide pour la poursuite des marches populaires de vendredi malgré les menaces du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, qui les soumet désormais au système déclaratif auprès de l’administration.

Pour NIDA22, le soulèvement populaire du 22 février 2019, qui a donné naissance au Hirak, « n’a exigé aucune autorisation des autorités ». « En bravant les lois liberticides, les interdictions, la répression policière et judiciaire et la propagande, les Algériens poursuivent ces marches pacifiques afin de consacrer l’Etat de droits démocratique fondé sur les droits humains, les libertés et la souveraineté populaire », écrit cet espace qui regroupe différents acteurs et organisations de la société civile, dans un communiqué publié à la veille du 117e vendredi.

Réagissant à la démarche du ministère de l’Intérieur, NIDA22 estime qu’elle confirme « la volonté nette du régime de mettre fin aux marches pacifiques du Hirak, au nom d’un légalisme sans fondement ». Mais, les algériens, poursuit le Collectif, savent que « cette ultime manœuvre » des tenants de ‘’l’Algérie nouvelle’’, « n’est qu’une vaine tentative de maintenir un régime à bout de souffle ».

Manœuvre d’un régime à bout de souffle

Nida22 dénonce un « glissement dangereux » qui tente « de faire passer les manifestations populaires du Hirak pour une activité illégitime et illégale », alors qu’elles constituent, poursuit-il, « l’unique espace de liberté conquis à bras le corps par le peuple ».

Faisant le lien entre les prochaines législatives du 12 juin et la gestion répressive de la crise, NIDA22 a dénoncé « l’intensification de la répression » par un régime « dans l’impasse qui veut taire les contestataires » avant un scrutin législatif « voué à l’échec ».  

Auteur