Mali : rumeurs sur une tentative de coup d'Etat suite à des coups de feu signalés dans un camp militaire - Radio M

Mali : rumeurs sur une tentative de coup d’Etat suite à des coups de feu signalés dans un camp militaire

Radio M | 18/08/20 17:08

Mali : rumeurs sur une tentative de coup d’Etat suite à des coups de feu signalés dans un camp militaire

Des coups de feu entendus tôt mardi matin dans le camp militaire de Kati, près de Bamako, font craindre une tentative de coup d’Etat au Mali où la panique commence à gagner la capitale, a-t-on constaté sur place.

Selon des témoignages d’habitants joints sur place, des coups de feu ont été entendus tôt en matinée aux alentours de ce camp situé à moins d’une dizaine de kilomètres du palais présidentiel de Koulouba.

« Un officier aurait profité du rassemblement du matin pour pousser des soldats à la révolte. Ils ont tiré en l’air pendant de longues minutes avant de se diriger vers des magasins d’armes », a confié à Xinhua une source au ministère de la Défense et des Anciens combattants.

Depuis, a-t-on ajouté, « l’accès au camp est impossible car la route est bloquée ». Selon des témoins, la circulation est interrompue entre Bamako et Kati où les marchés et les boutiques sont fermés et la population semble paniquée.

Par ailleurs, et selon RT, le Premier ministre et le fils du président Alassane Ouattara, auraient été enlevés par un groupe amré ce mardi.

A Bamako, des rumeurs sur l’arrestation de ministres du gouvernement restreint et du président de l’Assemblée nationale par des hommes lourdement armés circulent sur les réseaux sociaux et font craindre une tentative de putsch.

Le coup d’Etat qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré en 2012, à quelques mois de la fin de son mandat, avait commencé par une mutinerie au camp de Kati.

Parallèlement, le Mouvement du 5-Juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) devait entamer ce mardi une semaine d' »activités continues » de contestation au Mali et au sein de la diaspora malienne pour contraindre le président Ibrahim Boubacar Keïta à la démission.

Avec Xinhua