Maintien en détention de Ghares et Aït Hamouda : Mohcine Belabbas s’en prend au pouvoir - Radio M

Maintien en détention de Ghares et Aït Hamouda : Mohcine Belabbas s’en prend au pouvoir

Info Radio M | 19/07/21 13:07

Maintien en détention de Ghares et Aït Hamouda : Mohcine Belabbas s’en prend au pouvoir

Le maintien en détention de Fethi Ghares, coordinateur du MDS et de l’ancien député Nordine Aït Hamouda, a fait réagir le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). M. Mohcine Belabbas.

« Fethi Ghares, Nordine Ait Hamouda et des dizaines de citoyens sont emprisonnes et maintenus en détention pour des motifs politiques », écrit le leader du RCD, dans une publication sur sa page facebook. Et d’ajouter : « Ils sont victimes de calculs politiciens d’un régime qui n’a d’alternative pour survivre que le chantage au pire ».

Belabbas dénonce le fait qu’aucune loi ni aucun texte ne constitue un obstacle devant l’arbitraire du pouvoir. « La Constitution et les conventions internationales ne sont pas des obstacles pour ce pouvoir qui a décidé́ de régenter la vie publique par la promulgation d’articles de lois qui criminalisent toute expression politique différente », déplore-t-il.

Le président du RCD n’y va pas trente-six chemins concluant que « l’arbitraire est désormais son (Du pouvoir, NDLR) instrument de gouvernance par excellence ».

Pour rappel, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a rejeté, dimanche, la demande de liberté provisoire introduite par la défense du coordinateur national du MDS, Fethi Ghares, et celle de l’ex-député Nordine Aït Hamouda. Les deux détenus restent donc à la prison d’El Harrach.

Selon le CNLD, Ghares est poursuivi pour « atteinte à la personne du président de la république, outrage à corps constitué, diffusion au public de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national, diffusions d’informations pouvant porter atteinte à l’unité nationale, diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’ordre public ». Tandis qu’Aït Hamouda est poursuivi pour « atteinte à des symboles de la nation et de la révolution, offense à un ancien président et incitation à la haine et à  la discrimination raciale ».

Ahmed Ouali

Auteur