Les engagements de Tebboune - Radio M

Radio M

Les engagements de Tebboune

Ghada Hamrouche | 14/12/19 10:12

Les engagements de Tebboune

Le nouveau président de la République Abdelmadjid Tebboun a promis, lors de sa première conférence de presse, ce vendredi 13 décembre à Alger, quelques heures après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle, d’ouvrir un dialogue avec le Hirak et de réviser en profondeur la Constitution qui sera « adoptée par référendum », après consultation des universitaires, experts en droits et classe intellectuelle et après un débat public. Une révision de la loi électorale est également dans son programme. « Les élections sont terminées. Le moment est venu de concrétiser les engagements et les déclarations faits durant la campagne électorale sans exclusion et sans marginalisation. Il faut rassembler sans aucune vengeance, contrairement à ce qui est propagé ici est la. Au contraire, je vais m’employer à fédérer en tournant la page du passé et ouvrir celle de la nouvelle République avec une mentalité nouvelle, une moralité nouvelle, une méthodologie nouvelle (…)Il faut que le peuple sente dès les premiers mois qu’il existe une sincérité dans mes engagements. Le premier engagement avec le Hirak et le peuple est celui d’aller rapidement vers le changement. Cela doit être concrétisé avec la révision de Constitution », a-t-il déclaré.Il dit respecter les choix des électeurs qui ont voté pour les autres candidats ou des boycotteurs.

« Il n’y a pas de continuité de 5ème mandat »

«  Je serai toujours du côté des jeunes en veillant à les intégrer dans la vie politique et économique et à les aider à reprendre le flambeau. A travers les jeunes, je m’adresse au Hirak. J’ai dit à maintes reprises que ce Hirak est béni. Je tends ma main au hirak pour un dialogue sérieux pour l’Algérie, et l’Algérie uniquement. Je suis prêts à dialoguer directement avec le Hirak et avec ceux qui seront désignés pour cela. Nous devons lever des malentendus sur beaucoup de choses, rétablir la confiance. Nous avons de bonnes intentions. Nous allons vers une nouvelle Algérie. Que les frères et soeurs qui sont dans le Hirak soient rassurés qu’il n’y a pas de continuité de 5ème mandat, pas de continuité pour les anciennes pratiques. Nous devons s’écouter pour construire un avenir », a-t-il plaidéSelon lui, les mécanismes du dialogue et l’Autorité indépendante des élections sont l’émanation du Hirak. « Cela a contribué à remettre l’Algérie sur la voie de légitimité en s’éloignant des aventures et des complots qui ont failli emporter le peuple algérien. Aussi, salue-je l’armée et son commandement particulièrement le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah. L’armée qui a protégé le Hirak », a-t-il souligné rappelant qu’aucune goûte de sang n’a coulé depuis le début du Hirak en février 2019. Il a parlé de ceux « qui à l’intérieur et à l’extérieur du pays » manoeuvraient pour abattre l’Etat algérien » et « le rêve des martyrs de construire un Etat nationaliste et novembriste ». « Un Etat où personne ne subira une injustice. Un Etat assaini des corrompus et des corrupteurs avec la poursuite du combat contre la bande et ses relais quelque que soit l’endroit où ils se trouvent. Il y a aura séparation entre l’argent et la politique. Je m’engage à combattre la surfacturation dans les opérations d’importation », a promis le nouveau chef d’Etat. Il a salué « les hommes d’affaires honnêtes », « ceux qui payent leurs impôts et créent des richesses et des emplois ». « Ils sont une partie intégrante de la nouvelle Algérie parce qu’ils contribuent à sa gloire. Je salue la femme algérienne qui résiste. Je m’engage à la protéger et à défendre ses droits qu’elle travaille ou soit au foyer. Je m’engage aussi à rétablir l’université dans sa position leader dans la contribution à l’élaboration des décisions économiques et politiques. L’université doit être la locomotive du développement », a-t-il dit.

« Je ne réponds pas au président français »

Abdelmadjid Tebboun a déclaré être favorable avec la liberté de la presse jusqu’au bout. « Je vais combattre avec acharnement tous les maux qui peuvent s’introduire dans la liberté d’expression, l’insulte, la déformation, le mensonge… », a-t-il noté. Il a promis de constituer un gouvernement formé de jeunes ministres.Interrogé sur les récentes déclarations du président français Emmanuel Macron sur la présidentielle algérienne, Abdelmadjid Tebboun a lancé : « Je ne réponds pas au président français. Il est libre de vendre la marchandise qu’il veut. J’étais élu par le peuple algérien. Et, je ne reconnais que le peuple algérien ». A Bruxelles, le président français a déclaré avoir « pris note » de la victoire de Abdelmadjid Tebboun lors de la présidentielle en Algérie. Il a appelé à l’ouverture « d’un dialogue entre les autorités et la population ». Le nouveau chef d’Etat a confié être « très sensible » lorsqu’il est question de souveraineté nationale. « Je ne pardonne pas lorsqu’on veut s’ingérer dans nos affaires ou toucher à notre souveraineté », a-t-il dit. A propos des relations futures avec le Maroc, il a décalré : « je connais parfaitement le peuple marocain et je suis qu’il aime beaucoup l’Algérie et les algériens. Et les algériens aiment aussi le peuple marocain. Il y a eu des conditions qui ont fait que les frontières (avec le Marocà) soient fermées. La maladie ne disparaît qu’avec la disparition de sa cause. L’Algérie est un Etat pivot, africain, méditerranéen, arabe, leader dans le Tiers monde. Celui qui veut notre amitié, nous l’aimons. Et celui qui veut le contraire, nous aussi, savons ce qu’il faut faire. La réciprocité. Personne dans cette planète ne peut prétendre qi’il a une tutelle sur l’Algérie, jamais ! ». Le nouveau président de la République, qui s’est présenté comme candidat indépendante en dépit de son appartenance au FLN, a annoncé qu’il n’entend pas créer un nouveau parti.