Les avocats du Général-Major Said Bey se retirent de son procès et dénoncent - Radio M

Les avocats du Général-Major Said Bey se retirent de son procès et dénoncent

Lynda Abbou | 04/06/21 18:06

Les avocats du Général-Major Said Bey se retirent de son procès et dénoncent

Le collectif d’avocats du général major Said Bey s’est retiré de l’audience « tenue par la Cour d’appel militaire de Blida » hier jeudi, tout en dénonçant un procès « inéquitable », a indiqué sa défense dans un communiqué parvenu à notre rédaction cet après-midi.

« Le collectif d’avocats du général major BEY Saïd informe l’opinion publique de la décision de leur mandant de se retirer de l’audience tenue (jeudi) par la cour d’appel militaire de Blida », a noté le communiqué signé par Me Mokrane Ait-Larbi, Me Ferria Garmia et Me Mellah Abdelhak.

Selon la même source, cette affaire est liée à une « prétendue dilapidation d’armes de guerre, au motif d’avoir signé en 1995, dans le lot des centaines d’autres autorisations qu’il était appelé à signer en tant que chef de la première région militaires, de deux autorisations de port d’armes aux frères HADDAD, mobilisés à l’époque dans le cadre des groupes de patriotes dans la localité d’Azeffoun ».

La défense, a considéré que les principes élémentaires d’un procès équitable « ne sont pas observés pendant tout le processus judiciaire, allant de l’enquête préliminaire, faite et supervisée par des officiers dont l’objectivité et la moralité sont mise en cause par les poursuites pénales engagées contre eux, jusqu’à l’instance actuelle de jugement ».

« En somme, une certaine conduite du procès a méthodiquement obstrué le cours normal de la justice, mis en échec le principe cardinal de la présomption d’innocence et inversé gravement les principes régissant l’administration de la preuve », a dénoncé le collectif d’avocats.

« Pire encore, les éléments justificatifs produits par la défense, largement suffisants pour innocenter le général major BEY Saïd, ont été sciemment ignorés et occultés lors des débats et des motifs des décisions judiciaires rendues », ont-ils ajouté.

À cet effet, le collectif de défense du général major BEY Saïd, « alerte l’opinion publique et les institutions habilitées, de trop d’illégalité et d’injustice faite à leur mandant depuis plus de deux ans et demi, et appelle, en conséquence, tout un chacun au respect exclusif de la loi, seule garante des libertés des citoyens et de la stabilité du pays ».

Malgré le retrait de Said Bey et de sa défense, la Cour d’appel militaire de Blida, l’a acquitté dans cette affaire, ont confirmé les avocats à Radio M.

Il faut noter que Said Bey, a été jugé aussi le 02 juin 2021, par la même juridiction militaire, , « une seconde fois après cassation également, pour un prétendu enrichissement illicite et trafic d’influence ». Par rapport à cette accusation, les avocats affirment que leur mandant a fourni les documents « certifiant la licéité de tous les éléments de son patrimoine avec preuves probantes, ce qui rend injustifié selon eux, les peines infligées ». Dans cette affaire, la peine de 15 ans de prison ferme a été confirmée.

Auteur