Le ministère de la Justice dément toute maltraitance à l'égard du détenu Brahim Laalami - Radio M

Radio M

Le ministère de la Justice dément toute maltraitance à l’égard du détenu Brahim Laalami

La Rédaction | 08/12/19 15:12

Le ministère de la Justice dément toute maltraitance à l’égard du détenu Brahim Laalami

Le ministère de la Justice a démenti, dimanche, les informations selon lesquelles le détenu Chamseddine Laalami, dit Ibrahim, aurait été maltraité et torturé au sein de l’établissement pénitentiaire de Bordj Bou Arreridj.

Dans un communiqué, le ministère de la Justice a démenti les informations relayées par certains titres, selon lesquelles le détenu Chamseddine Laalami dit Ibrahim aurait été torturé, au sein de l’établissement de rééducation et de réhabilitation de Bordj Bou Arreridj, affirmant avoir diligenté les investigations nécessaires, lesquelles ont confirmé que le détenu “n’a pas fait l’objet de maltraitances au sein de l’établissement pénitentiaire et qu’il se plaignait de douleurs au niveau de la main et du genou”.

“La radiographie faite par les médecins a révélé que le détenu souffrait d’une fracture au métacarpe”, lit-on dans le communiqué du ministère.

Ces faits ont été confirmés par le médecin de l’établissement qui a précisé que le détenu souffrait de ces douleurs avant d’être incarcéré et qu’il avait bénéficié des soins nécessaires, a ajouté la même source, relevant que le détenu a été présenté à un médecin orthopédiste et qu’il était “actuellement en bonne santé”.

Pour rappel, les avocats de Brahim Laalami, à savoir, Me Sofiane Ikken et Me Yasser Belamri ont indiqué le 1er décembre la présence de “traces visibles de violences: ecchymoses et une fracture sur le bras gauche” sur le corps de leur client, après lui avoir rendu visite le même jour à la maison d’arrêt de Bordj Bou Arreridj. 

“Le militant nous a confié qu’il a subi des atrocités horribles à Constantine et à BBA dans les locaux des services de sécurité”, ont rapporté les avocats.