Le gouvernement veut « empêcher la poursuite » des marches (Parti des travailleurs) - Radio M

Le gouvernement veut « empêcher la poursuite » des marches (Parti des travailleurs)

Info Radio M | 11/05/21 15:05

Le gouvernement veut « empêcher la poursuite » des marches (Parti des travailleurs)

Devant « la tournure » que prennent les événements en Algérie, « sur le plan des libertés démocratiques », le Parti des travailleurs (PT), exprime ses « plus vives inquiétudes ».

Après avoir « emprisonné et fait condamner » des dizaines d’activistes et des journalistes, « fermé hermétiquement » le champ médiatique, « multiplié les entraves » devant l’activité des partis, « le gouvernement franchit un pas qualitatif en dictant à travers un communiqué de nouvelles mesures restrictives pour cette fois-ci empêcher carrément la poursuite des manifestations du vendredi et du mardi déjà marquées de plus en plus par la montée de la répression et les violences policières », s’indigne ce mardi 11 mai, le PT dans un communiqué.

Dimanche 9 mai, le ministère de l’Intérieur a, pour rappel, indiqué que désormais les « organisateurs » des marches hebdomadaires sont tenus de « déclarer l’heure du début et de fin de manifestation, son itinéraire et les slogans à scander auprès des services compétents ». Une décision justifiée par les « dérapages dangereux » qu’il aurait constatés.

Pour le PT, le gouvernement « dresse des mises en garde et des menaces aux millions d’Algériennes et d’Algériens » qui sortent manifester pacifiquement depuis plus de deux ans exigeant le départ du système.

Réagissant aux grèves qui touchent différents secteurs, le Secrétariat permanent du bureau politique du PT constate que le gouvernement « s’attaque violemment » à ce droit, « garanti par la constitution et les conventions de l’OIT ratifiées par l’Etat algérien ». Il cite, entre autres exemples, « la menace de licenciement » contre les travailleurs du commerce, « la répression » des agents de la protection civile et « la brutalité » face à la grève des postiers.

« Politique répressive » !

Dans ce qui s’apparente à une mise en garde contre les conséquences de cette gestion répressive, le PT s’interroge : « Le gouvernement ignorerait-il qu’à force d’entraver le cours naturel d’un fleuve en crue il finit par déborder de façon incontrôlable provoquant des dégâts imprévisibles » ?

Pour éviter au pays l’irrémédiable, le PT appelle à « satisfaire immédiatement » les revendications des travailleurs, « arrêter la politique répressive », « lever toutes les contraintes devant le libre exercice de la politique et de la profession de journaliste » et « libérer immédiatement et sans conditions » tous les détenus politiques et d’opinion.

Auteur