L'ARAV réagit aux vidéos sur l’affaire du jeune Saïd Chetouane - Radio M

L’ARAV réagit aux vidéos sur l’affaire du jeune Saïd Chetouane

Info Radio M | 07/04/21 11:04

906 vues

L’ARAV réagit aux vidéos sur l’affaire du jeune Saïd Chetouane

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a condamné mardi, ce qu’elle a appelé « la diffamation médiatique et l’exploitation immorale des enfants », relative aux vidéos partagées sur les réseaux sociaux de l’affaire du mineur Saïd Chetouane, qui aurait subi un mauvais traitement dans les locaux de la police à Alger.

Dans un communiqué, l’ARAV a appelé les utilisateurs des médias audiovisuels et les usagers des médias alternatifs au respect de la loi.

« L’Autorité de régulation de l’audiovisuel a suivi avec une vive inquiétude la question de la diffamation médiatique et l’exploitation immorale, via les réseaux sociaux, de l’enfant Chetouane Saïd qui a été mêlé à des marches de protestation et poussé à brandir des slogans politiques qu’il n’est pas en mesure de saisir vu son jeune âge ».

Selon la même institution, « de telles pratiques visent essentiellement à tromper l’enfant et à manipuler ses sentiments et ses émotions ».

L’ARAV a indiqué « poursuivre le constat de plusieurs dérapages dangereux exercés sur les mineurs en les impliquant dans des mouvements de protestation à caractère politique », appelant les médias audiovisuels et alternatifs ainsi que les parents à respecter la loi 15-12 qui garantit à l’enfant son droit à la protection de tous les préjudices ».

l’ARAV a tenu à rappeler aux parents la nécessité « de veiller à la protection de leurs enfants de toute forme d’exploitation et à ne pas les engager dans des questions et sujets quelque que soit leur forme ou contenu, afin de garantir leur bonne éducation et élever une génération imprégnée de valeurs qui inculquent en eux le véritable sens de patriotisme ».

Elle a également appelé à « préserver l’enfant de toute forme d’atteinte contre son intégrité physique et morale », exprimant sa détermination à « réguler la scène médiatique audiovisuelle tant à travers les chaînes audiovisuelles que par internet ».

Rappelons que les révélations du jeune adolescent, dans une vidéo postée et partégée massivement sur les réseaux sociaux, a provoqué une avalanche de réactions, dénonçant le recours des agents de l’Etat à la torture et aux autres mauvais traitements.

Amnesty International à appelé dimanche, à l’ouverture d’une enquête impartiale et indépendante sur les allégations de violence sexuelle dont aurait été victime le « mineur Saïd Chetouane dans un commissariat de police à Alger, le 3 avril 2021, suite à son arrestation après une manifestation pacifique ».

Auteur

906 vues