L’ANP en crise maintient en 2022 le consensus sur la répression politique (CPP) - Radio M

L’ANP en crise maintient en 2022 le consensus sur la répression politique (CPP)

Radio M | 14/01/22 13:01

L’ANP en crise maintient en 2022 le consensus sur la répression politique (CPP)

La vidéo de l’adjudant chef Guermit Bounouira, a dominé l’actualité d’une semaine où l’on a « célébré » le 30è anniversaire de l’arrêt du processus électoral le 11 janvier 1992.

Le Café Presse Politique a dû se rendre à une évidence du moment. Avec la condamnation à deux ans de prison ferme de Fethi Gherras, la feuille de route de la restauration brutale de l’autoritarisme d’avant le 22 février 2019 va continuer en 2022, d’empiéter largement tous les territoires des droits et des libertés garanties par la constitution. Et l’affaire Guermit Bounouira, condamnée à mort en semaine, n’a fait pour l’heure que conforter ce cours hyper-répressif.

L’ancien secrétaire particulier de Ahmed Gaïd Salah, a chargé le chef d’Etat major, Saïd Chengriha, dans une vidéo qui, si elle est authentifiée, signifie qu’elle a été exfiltrée de la prison militaire de Blida et rend compte de la profondeur des divisions dans la hiérarchie de l’ANP.

La crise parait très sérieuse mais le consensus demeure sur l’essentiel : mater le HIrak populaire par la force. Un programme qui ne peut pas ne pas faire penser à cette date du 11 janvier 1992, lorsque la hiérarchie de l’armée, unie cette fois, a interrompu le processus des législatives après les scores du FIS au 1er tour.

Le café presse politique fait, autour de Khaled Drareni, une halte sur ce moment. Par ici en vidéo.