L’Algérie éliminée de la Coupe du monde 2022 : quel avenir pour Djamel Belmadi ? - Radio M

L’Algérie éliminée de la Coupe du monde 2022 : quel avenir pour Djamel Belmadi ?

Radio M | 30/03/22 11:03

L’Algérie éliminée de la Coupe du monde 2022 : quel avenir pour Djamel Belmadi ?

L’Algérie n’ira pas au Qatar. La désillusion est grande. Cette cruelle élimination impose dès lors la question de l’avenir de Djamel Belmadi à la tête de l’équipe nationale. Va-t-on, une nouvelle fois, faire table-rase du travail accompli ou va-t-on plutôt favoriser une certaine continuité ? Le sélectionneur et la FAF ont fourni quelques pistes dès hier soir.

Djamel Belmadi semble ne pas se faire d’illusions quant à la réaction négative de certains cercles, surtout médiatiques, à l’échec, laissant entendre qu’il pourrait démissionner. « Certains, présents ici ou sur les plateaux télé aussi se réjouissent de ce qui s’est passé. Il y a des chances que je fasse plaisir à certains journalistes, à certains ici et sur les plateaux TV qui t’écaillent pour des lobbys… Les jours à venir et les temps qui suivent vont être difficiles », a-t-il déclaré en conférence de presse d’après-match.

Toutefois, il évite de prendre une décision à vif et préfère se donner le temps de la réflexion. « Je sais que la question de mon avenir intéresse du monde. Ces quatre ans à la tête de cette sélection ont été quatre années de bonheur au vu du travail effectué. Il n’empêche qu’on avait un objectif, et on ne peut pas passer à côté de ça. Difficile de parler d’avenir. Tout le monde est abattu. On ne se voyait pas rater cette coupe du monde. À dix secondes… Un bilan sera fait mais pour l’instant la déception domine. (…) L’Algérie est une grande nation et elle se relèvera. Je n’ai jamais voulu m’accrocher à un trône. Le jour où je ne me sens inutile à mon pays, je saurai quoi faire. Il y aura une réflexion dans les jours à venir. La fédération, les joueurs, et tous les acteurs de ce sport doivent travailler ensemble pour permettre d’aller de l’avant. Ce qui est important c’est que cette équipe nationale doit être bien entourée. S’il faut changer? On changera », a-t-il affirmé. Et d’ajouter pour mettre l’intérêt de l’équipe au dessus du sien : « Je ne parle pas de mon cas mais attention à l’instabilité. Cela n’a jamais rien de bon dans le football. »

De son côté, la Fédération algérienne de football (FAF), tout en faisant part de sa déception quant à l’élimination, laisse entrevoir un penchant pour la continuité. A travers l’appréciation positive du travail de Belmadi, exprimée immédiatement après la fin du match d’hier, elle esquisse une certaine volonté de maintenir le coach à son poste, d’autant plus que les éliminatoires pour la prochaine CAN vont débuter dans deux mois.

Le Bureau fédéral de la fédération va se réunir très prochainement pour, d’une part, dresser le bilan de l’équipe nationale, et d’autre part, élaborer une feuille de route devant baliser l’indispensable travail de reconstruction. Avec ou sans Belmadi ? On verra.

Rachid I.