L'Algérie aurait accepté de rapatrier "ses radicalisés" de France selon Darmanin - Radio M

L’Algérie aurait accepté de rapatrier « ses radicalisés » de France selon Darmanin

Radio M | 17/11/20 09:11

L’Algérie aurait accepté de rapatrier « ses radicalisés » de France selon Darmanin

L’Algérie accepte de rapatrier ses « radicalisés » sous condition. C’est ce qui ressort des propos du ministre de l’intérieur français, Gérald Darmarin, qui a confié au journal français le Parisien quelques bribes sur l’expulsion d’algériens en France et considérés par les autorités françaises comme radicalisés.

Gérald Darmarin revient en effet sur sa récente escale à Alger, et explique que le processus d’expulsion de ces algériens a commencé de facto immédiatement après son court séjour algérois, au court duquel il a eu à s’entretenir avec les autorités algériennes, qu’il remercie d’ailleurs : « Je les remercie pour leur coopération.

L’Algérie est grand pays cher à mon cœur. » Et d’ajouter : « Ils m’ont clairement affirmé que les nationaux qui relevaient de leur responsabilité seraient repris, à la seule condition que ce soit bien leurs nationaux, ce qu’on peut tout à fait comprendre ».

Ce qui suggère que l’Algérie pose ses conditions concernant le rapatriement de cette catégorie précise d’algériens, c’est-à-dire qu’elle ne prendrait pas en charge les citoyens nés sur le sol français mais qui seraient d’origine algérienne.

Pour rappel, l’assassinat de l’enseignant Samuel Patty, atrocement décapité devant le seuil de son établissement scolaire, le gouvernement d’Emmanuel Macron a durcit le ton et mis en branle une série de mesures sécuritaires dans le cadre de la « lutte contre le terrorisme », et qui prévoit l’expulsion de ressortissants algériens, tunisiens et marocains fichés S (sécurité) pour radicalisation.