L'Algérie a atteint « un haut niveau de maîtrise de toutes les étapes du processus électoral, selon l’ANIE - Radio M

Radio M

L’Algérie a atteint « un haut niveau de maîtrise de toutes les étapes du processus électoral, selon l’ANIE

Radio M | 27/05/24 14:05

L’Algérie a atteint « un haut niveau de maîtrise de toutes les étapes du processus électoral, selon l’ANIE

« Personne ne peut contester les élections en Algérie » a déclaré dimanche le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Chorfi.

Selon lui, l’Algérie a atteint « un haut niveau de maîtrise de toutes les étapes du processus électoral, de sorte que personne, que ce soit à l’intérieur du pays qu’en extérieur, ne peut contester les élections en Algérie ».

« Les préparatifs organisationnels pour la prochaine élection présidentielle, y compris la révision exceptionnelle des listes électorales, seront effectués conformément aux dispositions prévues par la loi organique de 2021 relative au régime électoral », a-t-il encore assuré.

La mise en place de conditions organisationnelles « aux normes internationales pour le prochain scrutin du 7 septembre, constitue une garantie supplémentaire de l’intégrité et de la crédibilité des élections ». Il a également déclaré, dans ce contexte, que les délégations locales de l’ANIE représentent « un maillon essentiel dans l’édification d’une administration électorale fonctionnant selon les normes internationales et les lois garantissant la crédibilité et l’intégrité des élections ».

D’après lui, les « dispositions nécessaires ont été prises pour permettre à ceux qui souhaitent se porter candidats à l’élection présidentielle du 7 septembre prochain de retirer les formulaires de souscription des signatures à partir du lendemain de la convocation du corps électoral ». Il a passé en revue les modalités d’organisation du prochain scrutin, que l’Autorité qu’il préside « a achevé tous ses préparatifs préalables à la distribution des formulaires de souscription des signatures aux candidats à l’élection présidentielle, dès le lendemain de la signature, par le président de la République, du décret portant convocation du corps électoral pour cette importante échéance ».

La convocation du corps électoral est attendue pour le 8 juin prochain, il est à noter que les candidats doivent présenter dans leurs dossiers soit une liste comportant, au moins, 600 signatures individuelles de membres élus d’assemblées populaires communales, de wilayas ou parlementaires et réparties, au moins, à travers vingt-neuf 29 wilayas ; soit une liste comportant 50.000 signatures individuelles, au moins, d’électeurs inscrits sur une liste électorale. Ces signatures doivent être recueillies à travers, au moins, 29 wilayas du pays. Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1200.

Chorfi a ajouté, dans le même contexte, que des préparatifs ont été effectués pour garantir le bon déroulement de l’opération de légalisation des formulaires de souscription des signatures.