La santé de Louisa Hanoune se dégrade, alerte le Parti des travailleurs (PT) - Radio M

La santé de Louisa Hanoune se dégrade, alerte le Parti des travailleurs (PT)

Said Djaafer | 22/01/20 10:01

La santé de Louisa Hanoune se dégrade, alerte le Parti des travailleurs (PT)

Le parti des travailleurs a lancé mardi une nouvelle alerte sur la dégradation de l’état de santé sa secrétaire générale, Louisa Hanoune, condamnée le 25 septembre 2019 à 15 ans de prison ferme par le tribunal militaire dans le cadre d’un procès pour « atteinte à l’autorité militaire » et « complot contre l’autorité de l’Etat ».

Poursuivie pour avoir participé à une réunion, le 27 mars 2019, avec Saïd Bouteflika, frère et conseiller du président déchu, et l’ancien patron des services, le général de corps d’armée Mohamed Mediene, dit Toufik, ses avocats et son parti ont constamment fait valoir qu’elle n’a fait qu’exprimer un avis politique et qu’elle n’a participé à aucune conspiration.

« La Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, se trouve dans un état de santé dégradé et préoccupant » indique le communiqué du PT qui appelle les  » plus hautes autorités de l’État à agir vite et précipiter sa relaxe».

Le parti des travailleurs dit tenir pour  » responsables les pouvoirs publics de cette situation et de toute conséquence ou évolution fâcheuses de l’état de santé de sa Secrétaire générale » et souligne qu’en ce « moment charnière de la vie politique », la place de Louisa Hanoune est « à la tête de son parti et au sein de son peuple. »

Du contrat de Rome au « soutien critique » à Bouteflika

Militante au long cours, Louisa Hanoune était dans le camp des « réconciliateurs » durant les années 90 où elle n’hésitait pas à critiquer le pouvoir. Elle a fait partie des signataires, en janvier 1995, du contrat de Rome préconisant une une solution politique et pacifique à la crise, une proposition rejetée « globalement et dans le détail » par le pouvoir algérienne. Une campagne virulente de « manifestations spontanées » avait été lancées contre les signataires du Contrat nationale dont Me Ali Yahia Abdennour, , Abdelhamid Mehri et Hocine Aït Ahmed.

La démarche de « soutien critique » de Louïsa Hanoune durant le règne de Bouteflika a suscité beaucoup d’incompréhensions et de critiques. Mais beaucoup ceux qui critiquaient cette évolution la soutiennent aujourd’hui et estiment qu’elle a fait les frais d’un règlement de compte au sein du régime et que son seul tort a été de participer à la fameuse réunion du 27 mars 2019.

Pour le PT, Louisa Hanoune a, au cours de cette réunion, préconisé la démission de Bouteflika et du gouvernement, la dissolution des deux Chambres du Parlement et aller vers l’élection d’une Assemblée nationale constituante. Cette réunion, avait souligné le PT « été utilisée comme un alibi pour la jeter en prison, la faire taire et l’isoler de la révolution en cours ».