Khaled Nezzar devant le juge d'instruction - Radio M

Khaled Nezzar devant le juge d’instruction

Info Radio M | 10/07/21 10:07

Khaled Nezzar devant le juge d’instruction

Le général-major à la retraite et ex-ministre de la défense, Khaled Nezzar, a comparu jeudi devant le juge d’instruction près du tribunal de Sidi M’Hamed. L’ex-MDN a été entendu en tant qu’accusé dans l’affaire de la société SLC dont il est actionnaire et son fils est le gérant, rapporte le quotidien El Watan dans son édition d’aujourd’hui.

L’enquête dans cette affaire a été déclenchée il y a quelques années suite à une plainte de l’ex-ARPT (autorité de régulation des postes et télécommunications) contre la société SLC, spécialisée dans le service internet par satellite au profit des entreprises. SLC est la propriété de la famille Nezzar dont Khaled et Lotfi sont actionnaires en plus d’autres membres de la famille.

Le rapport d’expertise judiciaire finalisé, le magistrat instructeur en charge de l’affaire près du tribunal de Sidi M’Hamed a convoqué Khaled Nezzar. Auditionné par le juge d’instruction jeudi, Khaled Nezzar a quitté le tribunal juste après. Il a été également destinataire du rapport d’expertise judiciaire. Selon le tabloïd francophone, la même affaire contient aussi des poursuites judiciaires du même plaignant contre la société Divona , autre entreprise propriété de la famille Nezzar et spécialisée dans le matériel de télécommunication et internet. Les chefs d’inculpation retenus contre les accusés, selon la même source, sont ; « création et utilisation illicite d’un réseaux internet » et « transfert illicite et blanchiment d’argent ».

Pour rappel, le général-major Khaled Nezzar a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international en 2019 pour cette affaire mais aussi pour l’autre affaire de  » complot contre l’Etat et l’autorité de l’armée ». Le mandat d’arrêt dans cette dernière a été lancé par le tribunal militaire de Blida. Il a fuit à l’époque vers l’Espagne avec son fils Lotfi avant de rentrer au pays en décembre 2020 ou il a vidé les deux mandats d’arrêts internationaux. Le premier au niveau du tribunal militaire de Blida qui a prononcé un non lieu, et le deuxième devant le tribunal de Sidi M’hamed qui l’a mis en liberté.

Auteur