Karim Tabbou tire à boulets rouges sur Bengrina - Radio M

Karim Tabbou tire à boulets rouges sur Bengrina

Info Radio M | 16/06/21 22:06

Karim Tabbou tire à boulets rouges sur Bengrina

Le coordinateur national de l’Union démocratique et sociale (UDS), M. Karim Tabbou tire à boulets rouges sur le président du Mouvement El Bina M. Abderlkader Bengrina qui s’est distingué pendant la campagne électorale pour élections du 12 juin, par des déclarations haineuses envers les Kabyles et la langue amazighe.  

‘’ Lorsqu’un responsable d’un parti politique connu pour son hostilité maladive envers la Kabylie, au vu et au su de toutes les instances judiciaires, tient des discours ethnicistes et d’insultes à l’égard de cette région, allant même jusqu’à faire l’apologie de la haine, cela atteste de la complicité au plus haut sommet de l’Etat’’, a-t-il écrit dans une contribution postée sur sa page facebook.

‘’ Même s’il est vrai, selon des sources fiables, que cette personne souffre de graves troubles dû à son « état de manque » et que son cas relèverait du pathologique, donc nécessitant des palliatifs médicaux, son éviction de la scène relève de l’hygiène politique tout court’’, a-t-il ajouté.

Il enchaine : ‘’Dans un pays où des hauts responsables en fonction ne trouvant aucune gêne à mettre leurs propres enfants dans des listes électorales, pendant que l’Etat leur assure le financement de leur campagne, l’administration tente de remplir les salles, la haute instance des élections leur assure les sièges, la direction de la sureté nationale se charge de l’escorte et le conseil constitutionnel leur valide les mandats ! ceci relève du tyrannique, du despotisme et de l’autocratie’’.

Pour ce qui est de l’avenir du Hirak, Tabbou dira qu’il est important de rester pacifique et unis pour maintenir la mobilisation populaire.

S’agissant des détenus du Hirak, il préconise des actions urgentes pour exiger leur libération. ‘’Face à la question urgente des détenus d’opinion, nous devons agir immédiatement, ensemble et d’une manière structurée. La mise en place d’un cadre de travail consacré exclusivement à la protection des libertés et la défense des droits de l’Homme est une nécessité absolue’’, dit-il.

Lire la contribution

Auteur