Jeux paralympiques : voilà comment j'ai vécu les trois médailles et les deux records en 12 heures (Blog) - Radio M

Jeux paralympiques : voilà comment j’ai vécu les trois médailles et les deux records en 12 heures (Blog)

Info Radio M | 03/09/21 17:09

Jeux paralympiques : voilà comment j’ai vécu les trois médailles et les deux records en 12 heures (Blog)

Jeudi 02 septembre 2021, trois paralympiens Algériens ont vécu une journée magique au pays du soleil levant. En seulement 12 heures de temps, Skander Djamil  Athmani, Safia Djalal et Asmahane Boudjadar ont offert à l’Algérie 3 médailles d’or avec deux records du monde et un record paralympiques au compteur.

Voici le récit d’un rêve devenu réalité, comme un génie qui exauce nos 3 vœux.

A 01h54 du matin, heure d’Alger et 09h54 heure de Tokyo, Skander Djamil  Athmani rentre sur la piste au 6e couloir pour sa finale du 400m T13. Concentré et déterminé. On y voit dans ses yeux que rien ne pout l’arrêter. Le juge donne le départ et Skander fonce à fond. Il dépasse tout ses concurrents sans perdre son rythme. Au finish, il découvre qu’il n’est pas seulement champion Paralympiques, mais qu’il vient de réaliser un record du monde ! Il passe de son calme olympien à un cri de joie d’un recordman ! Il est encore plus beau. 

Skander Djamil Athmani ne savait pas au moment de son accolade avec son concurrent et ami marocain Mohamed Amgooun allait devenir l’image de la journée sur les réseaux sociaux en Algérie. Une image qui décrit l’amitié et la fraternités entre les deux peuple, algériens et marocain, séparés par les politiques des deux pays.

Entre temps, Nassima Saifi et Safia Djalal entament le concours du lancer de poids F57. Une compétition où participent de grandes stars, telles que la Chinoise Xu Mian et la Nigérienne Eucharia Njideka.

Les lancés commencent. Nassima Saifi, attendue dans ce concours, prend la deuxième place avec un jet à 10.20 m. Pas au top, gros risque de perdre le podium, mais elle garde espoir. Au fil du concours, la Nigérienne Eucharia  Njideka réalise un jet de 10.40 m et prend la deuxième place à Nassima Saifi.

On espère encore ! Quelques minutes plus tard, la désillusion! la Mexicaine María de Los Ángeles, celle qu’on n’attendait pas, a pris la troisième place à Nassima avec un jet a 10.40 m. Coup dur. À l’écran, Nassima est déçue, frustrée, elle la voulait cette deuxième médaille ! 

Le concours continue, Safia Djalal entre au jeu, mais on n’y croit pas trop. Et là d’un seul coup, au premier jet, Safia sort d’elle-même et prend la tête du concours avec un lancé à 11.07 m. La médaille d’or est assurée ! On voit Safia bouger toute seul, avec l’envie de crier sa joie… Mais elle sent qu’elle peut mieux et pourquoi pas battre le record du monde.

Au deuxième jet, elle le fait ! Record du monde, un jet a 11.29 m ! Et la Safia explose de joie avec des cris qui ont fait raisonner let stade olympique de Tokyo !

La, l’heure affiche 4h00 du matin heure d’Alger, Midi a Tokyo. Les algériens dormaient étant fières de leur champions paralympiens qui ont réalisé deux records du monde à Tokyo, jusque-là. Pourtant, on peut rêver plus et se dire, allez! une 3ème médaille pour Asmahane Boudjadar au lancer de poids.

Au boulot à 10 h, café après café avec un gros sentiment de fierté qui réchauffe le cœur tout en attendant la troisième médaille de la journée. La compétition est prévue à 11h50 et elle prendra fin à 13h50. Encore 4h de stress.

C’est l’heure, la finale du lance de poids (F33) commence. Après le passage de 3 athlètes, on se dit que le niveau n’est pas encore au top ! C’est le tour d’Asmahane. Allez, on compte sur toi ! Ramène-nous cette 4e médaille d’or !

Au premier jet, Asmahane lance de toutes ses forces un jet à 7.10 m et prend la première place du concours et à la clé un nouveau record  paralympiques. Malgré tout ça, elle veut encore mieux faire. A son quatrième jet, elle relance à 7.10 m. Pas mieux, mais pas moins !

Elle finit le concours en larmes et en criant haut et fort. Viva l’Algérie !

Quoi de mieux que de terminer la semaine avec tant de bonheur. Quoi de plus beau que de vivre une telle journée remplie d’espoir et de fierté et nous faire oublier le manque d’oxygène, les feux et le manque d’eau.

Pour finir ce récit, on ne peut que s’incliner devant Asmahane, Safia et Skander. Merci à tous les athlètes paralympiens algérien et merci à vos entraîneurs qui se battent chaque jour pour nous faire vivre de si beaux moments.

A Noter, que Asmahane BOUDJADAR est atteinte de troubles de la coordination dus à une infirmité motrice cérébrale (F33). Elle a 41 ans. Safia Djelal est atteinte d’une déficience de la puissance musculaire de sa jambe gauche (T57). Elle a 38 ans.

Skander Djamil Athmani est malvoyants et pour subvenir à ses besoins, il travaille comme chauffeur VTC.

Vous êtes la lueur d’espoir de notre bel Algérie. Un proverbe japonais dit : “Sept fois à terre, huit fois debout.”

Par : Seddik Touaoula

Auteur