Intimidations et répression : le cri du cœur des familles de détenus de Larbaa Nath Irathen - Radio M

Radio M

Intimidations et répression : le cri du cœur des familles de détenus de Larbaa Nath Irathen

Radio M | 09/12/23 12:12

Intimidations et répression : le cri du cœur des familles de détenus de Larbaa Nath Irathen

Le Collectif des familles des détenus de Larbaa Nath Irathen dans la wilaya de Tizi Ouzou a organisé le 7 décembre, jour de grève générale, sa 5ème action de protestation consécutive. Son objectif : obtenir un « procès juste et équitable » pour leurs proches, emprisonnés dans le cadre de l’affaire d‘assassinat de Djamal Bensmail en 2019. 

Dans un communiqué publié vendredi, ces familles dénoncent les « plus vils stratagèmes » utilisés par les autorités locales pour réprimer la contestation ce jour-là : « menaces envers les commerçants, pressions et menaces sur les transporteurs, arrestations arbitraires, et intimidations des familles ». 

Elles soulignent que malgré « le caractère répétitif » de leurs actions, « la seule réponse est de redoubler d’efforts dans la répression et l’intimidation ». Et refusent de se laisser intimider : « Notre combat est juste et c’est pour cela que nous allons y arriver tôt ou tard ».    

Leurs proches, indiquent-elles, sont « dispersés dans toutes les prisons d’Algérie » et « leur seul espoir réside dans (leur) mobilisation ». Dans des mots déchirants, elles rapportent l’appel à l’aide de leurs enfants : « Ne nous abandonnez pas ! ».

Face à l’injustice, le Collectif en appelle à la solidarité de tous les Kabyles, qu’il s’agisse des assemblées villageoises, commerçants, transporteurs ou encore universitaires et lycéens. L’objectif : obtenir par une grève générale le 11 janvier « la libération immédiate de tous les détenus de Larbaa Nath Irathen » ainsi que de « tous les détenus politiques et d’opinion d’origine kabyle ». 

Une mobilisation qui se veut dans la droite ligne de l’histoire contestataire de la Kabylie, faisant référence à la philosophie du « tajmait » (solidarité) ou encore à la figure tutélaire de Lounès Matoub.