Incendies, Covid-19, détenus d'opinion...les revendications et les positions du PT - Radio M

Incendies, Covid-19, détenus d’opinion…les revendications et les positions du PT

La Rédaction | 17/08/21 18:08

Incendies, Covid-19, détenus d’opinion…les revendications et les positions du PT

Le Parti des travailleurs (PT), a dressé un tableau noir de la situation en Algérie en la décrivant comme « la période la plus dangereuse depuis l’indépendance ». Néanmoins, Il met en avant le rôle extraordinaire du peuple Algérien qui,  « s’est de fait, substitué à l’Etat absent sur le terrain ».

En effet, le PT fait un constat amer et n’hésite pas à qualifier la période actuelle que traverse l’Algérie de « la plus dangereuse depuis l’indépendance ». « Trop de précarités, trop de souffrances, trop de privations, trop de malheurs et deuils et qui seront aggravés par les dégâts et pertes occasionnés par les incendies et la Covid-19 « , argue le parti de la trotskiste Louisa Hanoune.

Elan de solidarité et unité nationale

« Le peuple algérien dont la majorité est désormais plongée dans la pauvreté voire dans la misère pour de larges couches, a une fois de plus fait barrage aux manipulations et manœuvres, re-cimentant son unité par l’élan fantastique de solidarité », analyse le parti.

La formation travailliste a mis en avant également « l’élan de solidarité citoyenne qui a déferlé sur Tizi-Ouzou puis Béjaia et les autres wilayas sinistrées suite aux incendies ». Elle fait remarquer que cet élan s’est poursuivie en direction de Tizi-Ouzou malgré « l’atroce assassinat de Djamel Bensmail déjouant les manipulations politiciennes ». Sur le même registre, le PT a salué «le comportement si digne de Mr Bensmail, le père du martyr » qui avait appelé à l’unification des rangs et à la sauvegarde de l’unité nationale loin de la discorde.

D’après le Parti des travailleurs, cet élan de solidarité populaire magnifique et sans précédent sur le plan de l’aide sociale, « s’est de fait, substitué à l’Etat absent sur le terrain de l’assistance sociale aux sinistrés ». « Mais le sauvetage de la nation exige des décisions publiques urgentes et audacieuses à la hauteur de la gravité de la situation et des menaces sérieuses qu’elle fait peser sur le pays et sur l’intégrité de la nation », alerte le secrétariat du bureau politique.

Covid-19

L’ampleur, ajoute le PT, des tragédies des incendies meurtriers et l’assassinat barbare de Djamel Bensmail « ne sauraient également nous faire oublier qu’une autre tragédie d’une très grande ampleur provoquée par COVID-19 décimant et endeuillant des dizaines de milliers de familles ».

« Le corps médical et différentes professions dont celle des avocats contraints par les centaines d’arrestations et de procès d’activistes d’assurer leur défense dans les pires conditions, continuent de périr par dizaines chaque jour à cause notamment du manque d’oxygène », dénonce-t-il non sans rappeler les priorités et faisant savoir que « l’heure du bilan et des comptes viendra ». Pour lui, la priorité réside dans l’acquisition de tous les moyens pour stopper les pertes en vies humaines et guérir les malades COVID mais aussi mettre fin à la détresse des malades non COVID qui se trouvent livrés à leur sort ou contraints de se diriger vers des cliniques privées dont les coûts sont exorbitants.

Entreprises

Les travaillistes exigent  » des mesures immédiates de sauvetage des EPE et des entreprises privées étranglées par le confinement dit sanitaire et pour certaines anéanties par les incendies ». Ils préconisent « un plan national de reconstruction créateur d’emplois pérennes et de véritable relance économique ».

Le parti a aussi pris des postions concernant les dernières mesures gouvernementales notamment l’ouverture du capital des entreprises publiques. A ce titre, le parti réclame « le retrait du projet de loi portant réduction ou suppression des subventions de l’Etat et le projet de loi relatif à l’ouverture du capital (privatisation) des banques et EPE publiques au profit du capital étranger et privé local ».

Détenus d’opinion

Les détenus d’opinion qui croupissent encore en prison ont eu l’attention du PT également. Il exige, dans le même texte,  » des mesures politiques d’apaisement à savoir la libération de tous les détenus politiques et d’opinion ». Evoquant les cas de Khalida Toumi et Ali Ghediri , le parti a revendiqué la libération des deux figures politiques et de toutes les personnes détenues arbitrairement dans le cadre de la détention préventive. Il ira plus loin en demandant l’élargissement des mesures de libération à « tous les détenus en danger à cause de la propagation de la COVID-19  et de l’absence de moyens humains et matériels pour la combattre au niveau des prisons ».