Il a refusé de monter en tribune officielle après la défaite : l'USMA vire son coach avant le début du championnat - Radio M

Il a refusé de monter en tribune officielle après la défaite : l’USMA vire son coach avant le début du championnat

aps.radiom | 23/11/20 20:11

583 vues

Il a refusé de monter en tribune officielle après la défaite : l’USMA vire son coach avant le début du championnat

L’USM Alger a décidé de virer manu militari son entraîneur François Ciccolini  pour « faute grave », après la décision du coach du club algérois de boycotter la cérémonie protocolaire de remise des médailles, lors de la Supercoupe d’Algérie qui a opposé l’USMA au CRB, au stade du 5-Juillet.

«Ciccolini a fauté, il doit payer. Nous avons pris la décision de le limoger, elle lui sera notifiée aujourd’hui. Il était déçu par la défaite, mais ce n’est nullement une raison pour ne pas respecter la cérémonie protocolaire. Il a été prié de monter à la tribune pour recevoir sa médaille, mais il a campé sur sa position. Nous sommes frustrés et indignés par son comportement», a expliqué Achour Djelloul, président du club, dans une déclaration à l’APS. 

« Nous allons charger l’entraîneur-adjoint d’assurer l’intérim, jusqu’à la désignation d’un nouvel entraîneur», a annoncé le patron de l’USMA visiblement agacé par le comportement de son entraîneur. Le club annonçait quelques heures plus tard dans l’urgence la désignation de Benaraïbi Bouziane comme nouvel entraîneur.

En plus de son limogeage le coach français risquerait une sanction d’une année avec interdiction de terrain et une amende de 500 000 DA, conformément à la réglementation de la FAF.

Pour le board Usmiste, l’affront est double. Tout d’abord la défaite contre le champion en titre et adversaire dans la course au podium, et l’attitude jugée irrespectueuse de son entraîneur étranger envers ses dirigeants et les responsables algériens. 

La responsabilité de Antar Yahia

Le limogeage de Ciccolini c’est aussi l’échec de Antar Yahia, le directeur sportif de l’Usma qui avait choisi et imposé le technicien français de 58 ans au président du club et P-DG du groupe Serport, l’actionnaine majoritaire, Achour Djelloul.

Un choix qui avait fait grincer des dents en interne, face à la réputation et à l’absence de palmarès d’un entraîneur dont la carrière a plus briller dans la rubrique des faits divers que sur les unes des journaux sportifs. Ciccoloini au caractère bien trempé y traîne la réputation d’un coach colérique, qui lui a déjà valu une suspension de trois mois en France, pour avoir proféré des menaces physiques contre un journaliste lui ayant posé une question sur ses choix tactiques après une défaite.  

A une semaine de la reprise du championnat, les Usmistes vont devoir oublier rapidement la défaite contre le CRB et le départ rocambolesque du technicien français. Du coup la rencontre le weekend prochain contre l’ESS revêtira un aspect particulier et permettra à la direction du club de mesurer l’état d’esprit de l’équipe.  

Auteur

583 vues