Dissolution d’interface médias : le verdict sera rendu le 24 décembre - Radio M

Radio M

Dissolution d’interface médias : le verdict sera rendu le 24 décembre

Radio M | 10/12/23 16:12

Dissolution d’interface médias : le verdict sera rendu le 24 décembre

Le procès en opposition dans l’affaire de dissolution de la société Interface Médias, éditrice de RadioM et Maghreb Émergent, s’est tenu ce dimanche 10 décembre 2023 devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger. 

À l’issue des débats, le prononcé du jugement a été reporté au 24 décembre prochain, date fortement symbolique puisqu’elle marquera le premier anniversaire de la mise sous scellés des locaux des deux médias et de l’arrestation de leur directeur, le journaliste Ihsane El Kadi.  

« Nous venons de terminer les plaidoiries (… ) dans l’affaire de Radio M et Maghreb Émergent dirigés par le journaliste Ihsane El Kadi. Le verdict sera rendu le 24 décembre 2023 », a déclaré Me Zoubida Assoul, également avocate de la défense, à la sortie de l’audience.  

Contacté par Radio M à l’issue des débats, Me Said Zahi a fait valoir dans sa plaidoirie que « les poursuites ont été engagées à l’encontre de M. Ihsane El Kadi en sa qualité de personne physique dirigeante, et non contre la personne morale éditrice Interface Médias ». Il estime par conséquent « toute la procédure entachée de nullité » au regard du principe cardinal de personnalité des peines et du droit à un procès équitable garanti par l’article premier du Code de procédure pénale.  

« La décision qu’on remet en cause c’est la confusion à tort, la responsabilité pénale personnelle du directeur de publication avec celle de la société éditrice », a analysé Me Zahi. 

Rappelons que Ihsane El Kadi a été condamné le 2 avril 2022 par le tribunal de Sidi M’hamed à 5 ans de prison dont 3 ferme pour « financement étranger ». Dans la foulée, la justice algérienne avait également ordonné la dissolution de la société Interface Médias et la confiscation de tous ses biens.

Ce premier jugement ayant été frappé d’appel au jugement en première instance a mené a l’aggravation de la peine du journaliste à 7 ans de réclusion, dont 5 ans de prison ferme. Ayant rejeté son pouvoir en cassation le 12 octobre dernier, cette condamnation est désormais définitive.  

La décision qui sera rendue le 24 décembre déterminera si Interface Médias, la société éditrice, pourra être maintenue en activité ou sera radiée avec effet immédiat.