Deux algériennes lancent l'institut de recherche en sciences sociales dédié à l'Algérie - Radio M

Deux algériennes lancent l’institut de recherche en sciences sociales dédié à l’Algérie

Info Radio M | 21/06/21 18:06

Deux algériennes lancent l’institut de recherche en sciences sociales dédié à l’Algérie

Deux jeunes chercheuses algériennes, Amel Boubekeur et Tin Hinane El Kadi, ont annoncé, au début de ce mois de juin 2021, le lancement de d’institut de recherche indépendant spécialisé en sciences sociales dédié à l’Algérie (ISSRA).

« Lancé en juin 2021, l’ISSRA vise à produire un nouvel agenda de recherche afin de mieux comprendre les changements en cours en Algérie. Plateforme trilingue (anglais, arabe, français) et interdisciplinaire, l’Institut promeut un dialogue entre la sociologie, la science politique, l’économie, l’histoire ou encore l’anthropologie », précises les initiatrices de l’institut dans un communiqué de presse.

Trois objectifs ont été tracé par l’ISSRA. Il s’agit premièrement de « produire et réunir des études empiriques et théoriques sur différents aspects politiques, économiques, sociaux et culturels afin d’approfondir notre compréhension de l’Algérie contemporaine et des nouveaux enjeux domestiques et internationaux ». Deuxièmement, « contribuer au renforcement des capacités de recherche locales ainsi qu’à la promotion d’une nouvelle génération de chercheurs algériens sur la scène académique internationale » et enfin, « créer un lieu de réflexion et de dialogue entre ceux qui composent la communauté scientifique, les décideurs publics, les acteurs privés, les spécialistes d’horizons professionnels différents et les acteurs de la société civile ». Les activités de l’institut comprennent « la publication d’analyses et d’études, ainsi que l’organisation de groupes de travail, de tables rondes, de conférences et d’ateliers de formation », ajoute le communiqué.

Une armada de scientifiques algériens, spécialistes de différentes disciplines, appuient les activités de l’ISSRA. Il s’agira notamment des historiens  » Hugh Roberts, Karima Direche, et Benjamin Stora, les politologues Rachid Ou Aissa, Louisa Ait Hamadouche et Isabelle Warenfels, les économistes El Mouhoub Mouhoud et Taieb Hafsi, des sociologues et anthropologues tels que Fatma Oussedik, Mohamed Mebtoul, Jonathan Wyrtzen et Ratiba Hadj Moussa ».

« L’ISSRA accueille des chercheurs associés et des chercheurs visitants. Les chercheurs associés contribuent aux activités de l’ISSRA sur une base régulière en publiant des analyses et en organisant des événements liés à leurs travaux de recherche. Les chercheurs visitants, soutenus par l’ISSRA pendant une période de six mois, mènent une recherche empirique et collaborative et en publient les différents résultats », indique le même communiqué.

Institut pour le s Sciences Sociales et la Recherche sur l’Algérie, Institute for Social Science Research on Algeria, معھد الأبحاث في العلوم الاجتماعية عن الجزائر- accessible sur www.issra-dz.org

Auteur