Covid-19 : l’Institut Pasteur Algérie n’exclut pas d’autres vagues de contamination - Radio M

Covid-19 : l’Institut Pasteur Algérie n’exclut pas d’autres vagues de contamination

Radio M | 05/02/22 11:02

Covid-19 : l’Institut Pasteur Algérie n’exclut pas d’autres vagues de contamination

Après la quatrième vague de la pandémie du Covid en Algérie et la cinquième en Europe, il est probable que d’autres vagues vont arrivées à l’avenir.

Selon le directeur général de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), Fawzi Derrar, l’Algérie comme d’autres pays dans le monde, sera peut-être confrontée à « d’autres vagues de contamination au Covid-19, dans les mois à venir ».

Dans une déclaration à la presse ce samedi 05 février, Derrar a indiqué que, selon les actuelles données sur la situation de la pandémie, « on peut dire que nous sommes en phase de sortie du pic ». Il a affirmé que « le plus difficile est à présent derrière nous ».

Le DG de l’Institut Pasteur a précisé que 93% des infections enregistrées sont à l’origine du mutant Omicron, alors que seulement 7% sont dues au mutant Delta, « qui reste dangereux », selon lui.

« La vaccination n’arrête pas la propagation du virus »

Concernant la vaccination, Derrar a indiqué qu’elle n’arrête pas la propagation du virus, mais permet de stopper la contamination entre les personnes. Il souligne que la vaccination protège à hauteur de 60% des patients entrant en soins intensifs et à 90% lors de la réception de la troisième dose.

Le premier responsable de l’institut a également appelé à la nécessité de revenir à la vaccination jusqu’à ce que le nombre de cas de contamination et celui des décès diminue.

Il a ajouté que l’Organisation mondiale de la santé a annoncé que certains pays ont commencé à voir des signes de sortie de pandémie, en raison des taux de vaccination élevés. « C’est l’un des facteurs les plus importants qui se traduira par une sortie définitive de la pandémie du Covide et son retour sous forme d’épidémies saisonnières », a-t-il expliqué.

Le même responsable a également souligné que le pourcentage de personnes vaccinées en Algérie a atteint les 30% et qu’il fallait atteindre 60% pour obtenir les résultats souhaités.