Corniche oranaise, le «mur de Berlin» suscite l'ire des riverains - Radio M

Corniche oranaise, le «mur de Berlin» suscite l’ire des riverains

La Rédaction | 04/03/22 15:03

Corniche oranaise, le «mur de Berlin» suscite l’ire des riverains

C’est le sujet d’actualité depuis de nombreux jours sur la côte oranaise. L’édification d’un mur en béton tout le long du littoral, bien visible en ce moment dans la commune de Aïn El Turk et la plage de Trouville.

Depuis la mi-février dernier, un mur composé de blocs de béton préfabriqués, haut de plus de 4 mètres et disposés à la lisière de la plage avec aménagement de portillons d’accès. La raison ? Restreindre les vagues de Harga qui prennent leur départ à partir de ces plages.

Les riverains n’ont pas tardé à réagir et à manifester leur colère auprès des autorités locales qui ne réagissent pas officiellement, mais seraient en quête de solutions de rechange pour stopper le flux migratoire à partir des côtes oranaises, considérées comme le trajet le plus court vers les côtes ibériques.

Des citoyens n’ont pas mis longtemps à leur mettre sous les yeux des solutions alternatives moins onéreuses et plus esthétiques: des barrages flottants anti-instrusion. D’autres disent ne pas comprendre cette obsession «murale» alors qu’existent des moyens technologiques appropriés pour freiner cette hémorragie de harga en bord de mer: télésurveillance, caméras infrarouge, drones, hélicoptères, patrouilles maritimes…

Certains citoyens sont sidérés par l’inconsistance de la décision et la démesure dont font preuve les autorités locales à la veille des Jeux Méditerranéens qu’abritera la ville d’Oran. « Quelle image allons-nous donner à l’international avec ce « mur de la honte » ? » s’interrogent-ils.

D’autres, pensent à une saison estivale compromise avec ce « mur barrage » qui en tentant de résoudre un problème, ce qui est loin d’être évident, en créera d’autres, liés à l’insécurité et aux trafics en tous genres. Sans parler de ce qui est vital pour tout méditérranéen qui se respecte et oranais de surcroît : une vue sur mer.

Le «mur de Berlin» oranais renseigne au moins sur une chose: au lieu de s’attaquer aux causes profondes de la Harga, on focalise sur les effets. Et, comme l’anticipent beaucoup de riverains, les harragas trouveront d’autres parades pour prendre les voiles…