Campagne pour le referendum sur la Constitution : la "Tariqa Tidjania" se mêle encore de politique ! - Radio M

Campagne pour le referendum sur la Constitution : la « Tariqa Tidjania » se mêle encore de politique !

Radio M | 13/10/20 09:10

Campagne pour le referendum sur la Constitution : la « Tariqa Tidjania » se mêle encore de politique !

C’est la main sur le cœur que « Tariqa tidjania » fait campagne pour le prochain referendum sur la constitution. La confrérie s’est exprimée ce mardi, par le biais de son Calife général, Chikh Sidi Ali Belarbi Tidjani, au sujet du vote prévu le 1er novembre prochain.

En effet, le calife a appelé le peuple algérien « à s’unir tel un seul homme pour l’édification de l’Algérie nouvelle, et ce dans le cadre de la nouvelle constitution qui est la clé de la nouvelle République et de la bonne gouvernance. »

« L’Algérie, bien aimée, a connu plusieurs stations depuis l’indépendance qui ont influencé, positivement et négativement, sur le processus du régime républicain et populaire tracé par les dirigeants de la Révolution populaire et de la période post- indépendance. » a indiqué un communiqué de la Calife générale de la Tariqa Tidjania.

Chikh Tidjani estime par ailleurs que « depuis cette date, l’Algérie a connu des tensions idéologiques sous un couvercle sociopolitiques qui ont échoué à élaborer un projet pour la société tiré de la dimension sociale et civilisationnelle de l’Algérie », ajoutant que « cet échec a failli embraser le pays et le menacer à maintes reprises si ce n’est la grâce de Dieu et les bonne volontés dévouées du pays ».

Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin, le communiqué du calife extrapole son raisonnement à la question du Hirak, en estimant qu’ « il a été accompagné et sécurisé par une Armée nationale populaire jusqu’à bon port. Certains disent que ce n’était pas le meilleur moyen mais c’était toutefois l’unique solution sûre. »

Et d’ajouter : « Maintenant, nous sommes face à un président légitime qui a présenté un projet d’amendement constitutionnel qui est la clé d’une nouvelle République et d’une bonne gouvernance qui fera éviter à l’Algérie des dérapages potentiels ».