Averses, inondations... quand la ville s'arrête et que le ciel nous tombe sur la tête ! - Radio M

Averses, inondations… quand la ville s’arrête et que le ciel nous tombe sur la tête !

La Rédaction | 21/09/21 12:09

Averses, inondations… quand la ville s’arrête et que le ciel nous tombe sur la tête !

Des inondations un peu partout dans l’Algérois et les wilayates limitrophes à l’instar de Boumerdès. Les trémies sont les principales receptacles des eaux diluviennes. Elles prennent tout leur sens architectural, mais sans la fonction d’évacuation. Pourtant, au cours du mois d’août, une série de points noirs ont été identifiés à Alger et ailleurs sur la base d’expériences et d’expertises passées. Mais apparemment les mesures prises et surtout les canaux d’évacuation ne semblent pas suffire.

Pour rappel, le Bulletin météo spécial émis par l’Office national de météorologie, annonçait de fortes averses de pluie accompagnées de grêle et concernait les wilayates de Chlef, Aïn Defla, Tipaza, Alger, Blida, Boumerdès, Béjaïa, Tizi Ouzou, Jijel, Skikda, Bouira, Médéa.

Un deuxième BMS vient d’être émis par l’ONM, mettant en garde contre de fortes chutes de pluie sur les régions intérieuresdu pays, ce mardi de15h à demain mercredi. Il s’agit des wulayates de Sétif, Bordj Bou Arreridj, M’sila, Djelfa, Tiaret, Tissemsilt, Saïda, Sidi Bel Abbès.

Selon toute vraisemblance, la gestion de l’évacuation des eaux de pluies n’est pas encore à son niveau d’efficacité requis et exigé. L’enjeu est de l’ordre de la vie. Les Algériens ont encore en mémoire les inondations meurtrières de Bab El Oued en 2001 qui, en l’espace de quelques heures ont fait 700 morts.