Après le Maroc, Sonatrach va couper le gaz au MCA - Radio M

Après le Maroc, Sonatrach va couper le gaz au MCA

Info Radio M | 10/09/21 16:09

Après le Maroc, Sonatrach va couper le gaz au MCA

Le PDG Toufik Hakkar veut faire sortir la 1ere entreprise du pays, totalement du sport en deux ans. Et il a commencé.

Le conseil d’administration de la SSPA de football le Doyen détenue à plus de 80 % du capital par Sonatrach s’est réunit mardi dernier pour « dealer » avec un « budget » 2021-2022 diviser par trois. Une conjoncture financière et sportive intenable. L’actionnaire public prépare son retrait du football professionnel sur les deux prochaines années.

En fait, c’est de l’implication directe de Sonatrach dans le sport que le président Hakkar veut dégager Sonatrach sur les deux prochaines années. Une première étape a été franchit le 29 aout dernier avec la dissolution de sa filiale GSP , une création de Chakib Khelil en 2008 avec appropriation des sections omnisports du MCA .

Officiellement le GSP devait fusionner avec le détenteur de la marque MCA, le club sportif amateur (CSA) qui en a approuvé le principe, en septembre 2020 en assemblée générale. L’opération après le blocage d’une année débouche aujourd’hui sur le largage de 14 sections et 3000 sportifs. Le CSA du MCA n’a pas les moyens financiers – 7 millions de dinars de subventions en 2019 – de les prendre en charge et les termes de la « fusion », et du rôle de Sonatrach dans l’accompagnement, restent occultes. Ils ne font pas partie des priorités du board de la compagnie pétrolière.

Les engagements sont ouverts pour la nouvelle saison des sports collectifs 2021 -2022 sans que le MCA ne puisse venir remplacer le défunt GSP, ou se trouve l’essentiel de l’élite sportive algérienne.

Le « lâchage » du football plus compliqué

Le désengagement à grande allure de Sonatrach du football professionnel risque d’être plus problématique. Le conseil d’administration de la SSPA du Doyen est criblé de dettes, et s’apprête à essuyer une salve de requêtes de ses joueurs devant la commission de règlement des litiges (CRL).

Les 40 milliards de centimes prévus par l’actionnaire pour la nouvelle saison ne permettent pas de faire face aux créances et aux charges fixes. Le CA a annoncé une baisse de salaires allant jusqu’à 30% pour la quasi totalité des joueurs sous contrats. Cela est loin de ramener à l’équilibre le bilan même s’il est prévu de nouveaux revenus avec des gratifications de la FAF (15 milliards) et de la CAF (quart de finales de ligue des champions). Le président du CA Amar Brahmia a fait passer un message il y’a un mois selon lequel son club, « 204 milliards de dettes », ne pourrait pas jouer le titre la saison prochaine, provoquant une vive colère du coté de Bab El oued.

Les supporters du club le plus populaire d’Algérie sont très redoutés à Hydra, siège de Sonatrach. Des ultras parmi eux ont saccagé le parking et la réception au rez-de-chaussée de la tour, le 1er février 2021, suite à une série de contre performances de leur club.

Cela a accéléré la décision du board de Sonatrach, en accord avec « les décideurs », de se retirer de l’actionnariat et du management du MCA et donc de réduire ses contributions à ses budgets. Personne ne pensait que cela prendrait une telle ampleur alors que les solutions de reprise n’ont même pas été évoquées. Le pouvoir politique refuse toujours de laisser le Mouloudia d’Alger se construire un actionnariat privé indépendant, une solution envisagée plus d’une fois et bloquée sous le régime de Bouteflika.

Par: Samy Injar

Auteur