Afer Bilal, l’inconnu qui a corrompu les Dieux de l’Olympe - Radio M

Bir El Djir Chrono 7:  Afer Bilal, l’inconnu qui a corrompu les Dieux de l’Olympe

Ihsane El Kadi | 02/07/22 15:07

Bir El Djir Chrono 7:  Afer Bilal, l’inconnu qui a corrompu les Dieux de l’Olympe

Il y ’ a des histoires qui ne se comprennent jamais sans leur mystique. Elles se racontent avec leur code irrationnel. Le stade olympique d’Oran, ébahi, en a vécu une, promise à la légende, ce vendredi au crépuscule.

Que dit la raison ? On ne peut pas aller loin, en 2022, dans un concours final de saut en hauteur de Jeux Méditerranéens avec un record personnel à 2m 15. On peut l’améliorer. D’un peu. Si on est algérien, que l’on est soutenu par un virage de la Zone 4 totalement dédié à la cause. Pas plus. Lui a passé une première barre à 2 m 16. Puis au 3e essai, celle à 2 m 19. L’histoire est déjà magnifique. Elle devrait s’arrêter là.  Au pied du podium. Une progression de 4 cm sur son record personnel en une seule épreuve. Les algorithmes valident. Au-delà, les cours de la bourse dévissent.

Le virage de la Zone 4 aurait dû s’en contenter. Après tout Hichem Bouhanoune, l’autre Algérien, récent champion d’Afrique, sous la pluie, était toujours en lice pour une médaille face à la concurrence, syrienne, italienne, grecque et française. Mais non. Il veut aller plus haut. Lui ne le sait pas encore, il commence à pencher du côté lumineux du mont Olympe. Celui où l’on entrevoit ses 12 Dieux.

Quelque chose toutefois se déroule à l’insu de tous, sur le flanc divin du mont de l’Olympe. Lui peut parler à ses Dieux. Une clé invisible l’y autorise. Il a 20 ans.  Il ne doute de rien. De ce que l’Oracle a dit de lui. Il va attendrir Zeus et les autres. Les corrompre.

La Raison fait cependant de la résistance. On peut très difficilement aller enrouler des barres à plus de 2 m 20  lorsqu’on mesure moins de 1m 85. Sur la fiche technique du site des JM d’Oran, il ne mesure pas plus de 1 m 80. Visuellement, il n’en fait pas vraiment plus, sous sa noire tignasse ébouriffée de Rock Star. Franchement, l’histoire aurait dû s’arrêter là.

Quelque chose toutefois se déroule à l’insu de tous, sur le flanc divin du mont de l’Olympe. Lui peut parler à ses Dieux. Une clé invisible l’y autorise. Il a 20 ans.  Il ne doute de rien. De ce que l’Oracle a dit de lui. Il va attendrir Zeus et les autres. Les corrompre. Débute alors l’autre histoire. Celle qui a échappé à la Raison. Fait dérailler les algorithmes. L’inconnu du grand public, qui arrive avec ses 20 ans, son 1 m 80 et ses 2 m 15 de record personnel, n’est plus là. Il s’est assis sur le sommet de l’Olympe et chuchote dans l’oreille du ciel. Lorsqu’il passe au 2e essai la barre des 2 m 22, l’onde mystique traverse le sautoir.

Il se passe quelque chose de cosmique qui atomise les croyances. Menace le bon sens. Le public exalté de la Zone 4 a décidé qu’il était l’Élu. Pourtant, son compatriote Hichem Bouhanoune tient son rang de favori. Il a passé les 2 m 22 au premier essai. La Raison a déserté les lieux. Le public siffle les concurrents français et applaudit à leur échec. Plus que 04 candidats à la barre des 2 m 24. Il est le second à se présenter devant elle pour le dernier essai. Une ondulation avait laissé entrevoir l’impensable, à l’essai précédent. Il avait passé son corps. Lorsque Bilal Afer prend sa course d’élan, après avoir harangué le public, il a fusionné avec son hologramme sur le mont sacré.

Les JM d’Oran  2022 ont touché au Divin au moment précis où Afer Bilal retombe et la barre derrière lui ne bouge pas. Médaille d’Or venue d’ailleurs. Personne d’autre n’aura les faveurs des Dieux. Le MJS et les officiels ont raisonnablement choisi d’aller saluer la médaille d’Or promise à Imene Khelef, future star de la boxe féminine mondiale. Les sacres les plus beaux sont les plus insensés. Celui de  Afer Bilal, 9 cm au-dessus de son record en hauteur, est un miracle. J’y étais. Je l’ai vu.