Dans « l’invité du direct » de ce mercredi 28 décembre, l’expert financier Ferhat Ait Ali analyse le retour à l’endettement extérieur de l’Algérie. Pour ce chef d’entreprise, si le prêt de 900 millions d’euros approuvé par la Banque Africaine de développement (BAD) est ciblé, et qu’il est destiné à un investissement de projets fiables, publics ou privés, cela constitue une bonne chose. Cependant, il déplore les retards de payement de l'Etat aux entreprises locales: "C'est la pire façon de faire des économies", a-t-il déclaré. 

Sur un autre registre, l’invité alerte sur un éventuel risque inflationniste guettant l’Algérie : « d’ici 2019, l’inflation peut devenir galopante et même incontrôlable ».

Ferhat Ait Ali regrette la décision du gouvernement de maintenir le budget de fonctionnement fixe au détriment du budget d’équipement : « Le budget d’équipement est générateur de fiscalité et d’emplois » a-t-il déclaré.

A voir aussi >> Mokhtar Chahboub : « L’Algérie est en mesure de produire 500.000 véhicules par an d’ici la fin de la décennie »