Dans l’invité du direct de ce mardi 20 décembre, Abdelouahed Kerrar, président de l’Union Nationale des Opérateurs de la Pharmacie revient sur les deux actualités qui ont défrayé la chronique : l’affaire du complément alimentaire commercialisé sous le nom « Rahmet Rebbi » (miséricorde de Dieu) et l’ouverture de la clinique de roqya « exorcisme » de Belahmer. « L’Unop n’a pas réagi à l’affaire RHB pour ne pas être accusée de lobbying et victimiser Zaibet » a-t-il déclaré.

Pour le Directeur Général de Biopharm, laboratoire pharmaceutique coté en Bourse,  ce scandale porte préjudice à l’image de l’industrie pharmaceutique algérienne. Ce qui risque d’écorner l’image des producteurs nationaux qui exportent ou qui ont l’ambition de le faire.

Sur un autre registre, Abdelouahed Kerrar alerte les autorités sur les graves conséquences que peut avoir le gel des prix des médicaments : «  nos coûts sont en train d’augmenter, alors que nos marges ne cessent de chuter ». Il déplore l’absence de « chef d’orchestre » pour guider l’industrie pharmaceutique en Algérie.  

A voir aussi >> Maitre Benissad (LADDH) revient sur les anomalies judiciaires qui ont mené Mohamed Tamalt à la mort