Il y a 25 ans, jour pour jour, démissionnait Chadli Bendjedid, 3e président du pays. Etait-ce un coup d’Etat ? C’est avec cette question que Khaled Drareni a entamé le Café Presse Politique de ce 11 janvier. « C’est un coup d’Etat de fait » a déclaré Abed Charef en citant Hocine Ait Ahmed. El Kadi Ihsane le rejoint tout de suite : « Je ne pense pas qu’on ait imposé quoi que se soit à Chadli. S’il ne voulait pas démissionner, il ne l’aurait pas fait ! »

 

En seconde partie, le CPP est revenu sur l’accusation de Barack Obama à l’encontre de son homologue Vladimir Poutine, sur son implication dans les piratages informatiques qui ont perturbé l’élection présidentielle américaine. Profitant de la présence de Farid Farah, journaliste spécialiste en TIC, le talk est passé sans transition vers l’Algérie, où les émeutes à Bejaia ont été rythmées par les rumeurs sur les réseaux sociaux. Ya-t-il eu manipulation numérique dans la couverture des événements ?

 

A voir aussi>> Abdelaali Badache : « La hausse du prix de l’électricité ne doit pas cesser »