Au lendemain des mouvements de protestation qui ont éclaté dans la ville de Bejaia, le Café Presse Politique tenu exceptionnellement ce samedi 7 janvier accueille pour la troisième fois Hadda Hazem, directrice éditoriale du journal arabophone « El Fedjr » pour faire le bilan. Début d’une révolte ? « Le temps nous le dira » a déclaré d’emblée El Kadi Ihsane. Quant à Said Djaafar, il déplore le flou qui a entouré ces émeutes et ajoute que cela autorise les lectures complotistes.

 

De son coté, Hadda Hazem reproche au gouvernement la mollesse de sa réaction : « le discours du Premier ministre Sellal était trop plat » a-t-elle soutenu.

En seconde partie, le CPP a réagi à la décision de Talaie El Houriat, le parti d’Ali Benflis de ne pas aller aux élections législatives qui approchent. Les journalistes sont unanimes, cette décision n’aurait eu de sens que si toute l’opposition s’était organisée. « Les islamistes s’organisent et les démocrates se dispersent » regrette Hadda Hazem.

A voir aussi -->Ferhat Ait Ali : « Les impayés aux entreprises sont l’endettement caché de l'État »