La fin de règne de Blaise Compaoré au Burkina Faso, chassé du pouvoir par la rue pour avoir tenté d’amender la Constitution afin de briguer un cinquième mandat présidentiel, impressionne. Mais laisse sceptique sur la gestion de la transition qui échoit aux militaires. Un peu comme en Algérie.