Depuis sept ans, le paysage musical algérien comprend de nouvelles palettes. La création de l’ensemble national féminin de musique andalouse, lors de Tlemcen 2011 « Capitale de la Culture islamique », est venu enrichir les sonorités de la musique classique algérienne.

Cet orchestre 100% féminin marque-t-il une révolution ? « Il y avait de très grands orchestres féminins dans notre région au Moyen Âge » rappelle le chef d’orchestre Naguib Kateb qui a été chargé de composer et diriger ce nouvel ensemble dépendant du Ministère de la Culture.« Pourquoi ne pas montrer au XXe, dans un grand pays comme l’Algérie, un nouveau visage, mais en même temps ancien, de la musique andalouse ».

Défi relevé. Une vingtaine de musiciennes, d’âges, de villes et d’horizons divers mais toutes unies par un fort engagement font revivre le répertoire de la musique classique algérienne au sein de l’ensemble national féminin de musique andalouse.